Critique discographique : Blind Butcher, Albino 
Brut et énergique

Brut et énergique

Nadine Mayoraz, 07.01.2014

Le duo lucernois, Blind Butcher est peut-être aveugle, mais certainement pas sourd. La sortie de l'album « Albino » est prévue pour la mi-janvier.

Blind Butcher réunit Christian Aregger (guitare et chant) et Roland Bucher (batterie, pédale basse et chant), par ailleurs impliqués dans le très beau projet Pierre Omer ou encore Grey Mole ou The Shit. L’album Albino, enregistré à Chicago chez Steve Albini (Pixies, Nirvana, The Stooges…), est brut et énergique. Le premier titre de cet album hyperactif, dont la sortie est prévue pour la mi-janvier 2014, fait dresser l’oreille sur un univers électro-punk alternatif, parfois psychédélique et quand même assez blues. Sonnant d’abord comme un retour vers les années qui ont précédé la new-wave, l’album se teinte ensuite selon les morceaux de sonorités bien actuelles. L’effervescence qui s’en dégage est toutefois faussement échevelée et elle perd un peu l’auditeur après l’enthousiasme des premières notes. Les morceaux très (trop ?) développés partant dans plusieurs directions, quoiqu’étant rythmiquement sympathiques, ont tendance à produire un effet de désordre éparpillé. Un léger défaut de jeunesse qui a le mérite cependant de montrer la richesse et la densité du projet ainsi que le potentiel prometteur des deux instrumentistes. Reste que le live est forcément jouissif, car le duo looké explose de la folie promise par l’écoute de l’album. En résumé, deux bons musiciens déjantés qui envoient de l’énergie et du bon son dans tous les sens. A voir sur scène notamment le 15 janvier prochain pour le vernissage à Berne au Rössli Bar!

Johnny Roadster
Like You
Rats & Rabbits
Image

Blind Butcher: Albino, Subversiv Records, 2014.
www.blindbutcher.ch
 


Kommentare

* Required fields

Neuen Kommentar hinzufügen
Ihr Beitrag wird nach redaktioneller Prüfung veröffentlicht.