Travaux d’Hercule 
Christine Bouvard

Christine Bouvard

31.03.2021

Christine Bouvard, Présidente de l’Association Suisse des Ecoles de Musique ASEM, répond aux questions de la Revue Musicale Suisse.

Comment allez-vous après cette année ?

C’est un peu paradoxal, comme beaucoup de choses dans cette crise. Dans le fond, nous allons bien à l’ASEM : par un travail d’équipe exceptionnel, nous avons pu gérer au mieux les répercussions de la pandémie sur l’enseignement de la musique, nos associations et écoles membres ont su s’adapter avec une créativité, un engagement et une volonté hors-norme pour assurer leur offre d’enseignement malgré les restrictions. Et puis en même temps, l’ombre de cette année empreinte de sacrifices, d’adaptations sans fin à de nouvelles donnés, du manque de tant de dimensions humaines et culturelles – comme la musique, en particulier le chant, en commun, les rencontres en présentiel, les concerts et tout simplement de l’insouciance de la vie – pèse certainement lourd pour nombre d’entre nous.

Quel est votre souvenir le plus marquant de cette année de pandémie ?

Début 2020, nous regardions incrédules vers la Chine qui confinait ses habitants et nous aurions tous mis notre main au feu que jamais ceci n’arriverait ici. Eberlués, nous apprenions le vendredi 13 mars à 16h30 que toute la vie sociale, y compris les écoles et par conséquent les écoles de musique, se fermait avec effet immédiat. J’avoue que j’ai cru mal entendre. A l’ASEM, nous avons immédiatement mis en œuvre nos recherches et réflexions pour donner des premières orientations à nos membres. Tout aussi immédiatement nous avons dû, dans ma commune, annuler la dernière du spectacle musical de nos jeunes talents régionaux. Profondément touchés par cette fin abrupte, les jeunes se sont débriefés en exprimant toute leur émotion et leur solidarité dans un « haka » enflammé. L’exigence accrue d’objectivité, de structure et de raison de cette fin de journée allait de pair avec le partage de ces émotions d’une intensité rare, et ce dans un contexte pandémique alors encore un peu surréaliste. Des heures phares qui restent gravées.

Selon vous, en quoi la pandémie a-t-elle changé la profession de musicien ou le travail de votre association ?

Lors du premier confinement, les écoles de musique suisses ont été catapultées en quelques jours dans le futur. En un rien de temps, l’enseignement présentiel a dû faire place à l’enseignement en ligne. Si ce progrès technique a permis d’assurer la continuité de la formation musicale, il a aussi soulevé d’importantes questions portant sur la valeur de l’enseignement présentiel, sur la valeur de l’offre des écoles de musique et la manière dont celle-ci sera encore perçue et soutenue après COVID-19, sur l’équité des chances et de l’accès à la formation ou encore sur l’adéquation et l’accessibilité des moyens techniques à disposition pour un enseignement en ligne de qualité. Ainsi une discussion intense sur ce que nous appelons volontiers « l’enseignement augmenté » reste à mener, un débat nuancé qui conjugue autant une nouvelle approche pédagogique, exigeant le développement de savoir-faire spécifiques et différents, qu’une approche sociétale.

Quelle question aimeriez-vous poser au Conseil fédéral ou que voudriez-vous qu’il fasse pour relancer la vie musicale ?

L’inactivité des orchestres, des ensembles et des chœurs tant dans les écoles et les écoles de musique que dans les associations amateurs entrave la participation culturelle dans notre pays, ce qui impose une réflexion portée sur le futur. Comment la Confédération traite-t-elle les conséquences à moyen et long terme des mesures restrictives de la pandémie pour assurer la reprise de la participation culturelle ? Quelle approche, ou quels services, la Confédération envisagera-t-elle dorénavant pour assurer la participation culturelle dans le domaine de la musique au cours d’un temps de crise comme celui que nous vivons ?


Kommentare

* Pflichtfelder

Neuer Kommentar
Ihr Beitrag wird nach redaktioneller Prüfung veröffentlicht.

Archiv

Hier finden Sie alle Artikel, die in der Schweizer Musikzeitung seit der ersten Ausgabe im Januar 1998 erschienen sind: Printarchiv

Artikel, die in der Schweizerischen Musikzeitung (bis 1983) erschienen sind, finden Sie in Bibliotheken (z.B. Zentralbibliothek Zürich, Schweizerische Nationalbibliothek).

Inserieren in der SMZ

Die Schweizer Musikzeitung bietet ein vielfältiges Umfeld für Ihre Inserate. Weitere Details finden Sie hier: Inserieren

Abonnieren Sie die SMZ

Die Printausgabe der Schweizer Musikzeitung erscheint 9 mal jährlich (Doppelnummern Januar/Februar, Juli/August und September/Oktober). Hier können Sie ein Abonnement bestellen: Abonnieren

Aktuelle Anzeigen

Stellenanzeigen

Hier werden Sie zu den aktuellen Stellenangeboten weitergeleitet. Weitere Inserate finden Sie in der Printausgabe.

Kauf/Verkauf

Hier werden Sie zu den aktuellen Angeboten weitergeleitet. Weitere Inserate finden Sie in der Printausgabe.

Kurse und Veranstaltungen

Hier werden Sie zu den aktuellen Angeboten weitergeleitet. Weitere Anzeigen finden Sie in der Printausgabe oder im Kurskalender.

Konzertagenda

Hier werden Sie zu den aktuellen Veranstaltungen weitergeleitet.

Tagungen / Symposien

Hier werden Sie zu aktuellen Tagungen und Symposien weitergeleitet.

Wettbewerbe

Hier finden Sie Links zu Wettbewerben.

Zur Geschichte der Schweizer Musikzeitung

1998 fusionierten sechs Verbandsorgane zur Schweizer Musikzeitung

Musikzeitschriften gibt es in der Schweiz seit dem 19. Jahrhundert; sie stehen bis weit ins 20. Jahrhundert hinein in unmittelbarem Zusammenhang mit dem Chorgesang. Nach einer Periode der Zersplitterung entstand 1998 aus der Fusion von sechs Verbandsorganen die Schweizer Musikzeitung.

2008 feierte die Schweizer Musikzeitung ihr 10-jähriges Bestehen. Dies war der Anlass, einen Blick auf ihre lange Vorgeschichte zu werfen. Siehe Artikel Vom Sängerblatt zur SMZ in: SMZ 1/2008, S. 5 ff.

Im Januar 2013 wurde die Schweizer Musikzeitung neu gestaltet und inhaltlich erweitert. Relaunch

Wir danken der Fondation Suisa, der Schweizerischen Interpretenstiftung, der Stiftung Phonoproduzierende und der Pro Helvetia für die Unterstützung dieses Neuauftritts.

Am 28. November 2014 beschloss die ausserordentliche Delegiertenversammlung des Vereins Schweizer Musikzeitung, die NZZ Fachmedien AG ab 1. Januar 2015 als Verlegerin und Herausgeberin der Schweizer Musikzeitung einzusetzen und den Verein Schweizer Musikzeitung zu liquidieren. Siehe Nachricht.

Seit dem 1. Januar 2020 gehört die Schweizer Musikzeitung zur CH Regionalmedien AG.

Per 1. Oktober 2020 wird die Schweizer Musikzeitung von der Galledia AG übernommen. Siehe Mitteilung der CH Media.