Yves Illi prend sa retraite. 

Un pionnier remet ses chantiers

Niklaus Rüegg, 10.06.2013

Recteur depuis 2005 de l’école de musique de Lucerne, Yves Illi s’apprête à prendre sa retraite. Pendant 35 ans, il a assumé des fonctions dirigeantes dans trois écoles différentes.

Image
« L’enseignement individuel mène à la musique d’ensemble ».

Yves Illi prend sa retraite

Niklaus Rüegg – Avant d’accéder pour la première fois à la direction d’une école de musique en 1979 à Littau, Yves Illi, qui possède le diplôme argovien de maître primaire et secondaire, a enseigné pendant six ans à l’école secondaire de Sins. Auparavant, il avait fait une brève incursion de deux ans dans le secteur fiduciaire d’une banque. Ensuite, il a suivi une seconde formation qui a débouché sur le diplôme de direction d’orchestres d’harmonie à l’ancien conservatoire de Lucerne, est devenu membre de la SSPM, et a fait de la musique son métier. Fiduciaire, enseignement, direction d’orchestre et finalement « apprentissage sur le tas », voilà une bonne base pour la tâche polyvalente d’un directeur d’école.
Yves Illi est le représentant de la troisième génération d’une famille de musiciens à vent. Il joue du cornet et de la trompette. En tant que professeur, sa devise a toujours été : « L’enseignement individuel mène à la musique d’ensemble ». Une maxime inspirée de ses expériences de jeunesse, lorsqu’il jouait dans un brass band avec son grand-père, son père, son frère, son oncle et ses cousins.
Il continuera plus tard sur cette voie en dirigeant pendant douze ans l’excellent Brass Band Bürgermusik Luzern et pendant 25 ans l’orchestre d’harmonie et le brass band de jeunes de Littau ainsi que les cadets de Zoug.

Le bâtisseur
Yves Illi a dirigé trois écoles. Dans chacun de ces lieux, il a géré des bâtiments qui ont marqué leur temps : le Musikschulzentrum Neustadt à Zoug, le Süpdpol à Lucerne, et même à Littau, où il a transformé une ancienne baraque de chantier en une école de musique miniature. « Pourtant, avoue-t-il en riant, je ne m’y connais pas du tout en construction ». Ses écoles, il les a aussi « construites » au sens large, en y créant des structures, de sorte qu’à son départ, il a toujours laissé derrière lui des organisations bien organisées.
Ses neuf ans passés à la direction de l’école de musique de Littau ont été marqués par un boom notamment des classes de piano et d’instruments à vent. Créée six ans auparavant par Brigitte Mürner-Gilli, l’école comptait quelque 500 élèves à son arrivée en 1979. A son départ en 1988, ils étaient déjà 1000. Yves Illi a favorisé l’émergence de nombreux ensembles de brass band et d’orchestres à vent de jeunes, et il a contribué à élargir l’offre instrumentale. A l’époque, il était difficile de trouver des enseignants suffisamment qualifiés, alors qu’aujourd’hui, comme on le sait, c’est le problème inverse.
En 1988, Yves Illi est nommé prorecteur de l’école de musique de Lucerne. Pendant les cinq ans passés à ce poste, il fonde un orchestre à vents et œuvre là aussi au développement du paysage des ensembles. Ce travail de mise en place montre toute son importance au vu de la situation actuelle plutôt problématique où, comme le constate Yves Illi, « la volonté de jouer régulièrement dans des ensembles a diminué. »

Des conditions idéales pendant 12 ans
En 1993, Yves Illi reprend le flambeau du « pionnier » Sales Kleeb à la tête de l’école de musique de Zoug. Il y trouve une institution en excellent état et sans difficulté financière. Seule la question des locaux n’avait pas encore pu être améliorée par son prédécesseur. Pour résoudre ce problème, Yves Illi s’attache à planifier et réaliser le Musikschulzentrum Neustadt. Il doit déployer un intense travail de persuasion. Ses efforts débouchent sur la transformation d’une école primaire plus que centenaire en une fantastique école de musique idéalement située près de la gare et offrant 40 salles de cours, une aula et une salle de chant. Aujourd’hui, la Suisse entière envie ce bâtiment à Zoug. Une autre conquête très remarquée est l’instauration d’un taux d’occupation garanti pour les enseignants, qui a permis de mieux compenser les fluctuations des effectifs des élèves. Yves Illi s’est beaucoup plu à Zoug, où il avait un bureau offrant une vue panoramique sur le lac et les montagnes.

L’appel qui a tout changé
Il y a neuf ans, Yves Illi reçut un appel du président de la ville de Lucerne, Urs W. Studer, qui lui proposa de reprendre le rectorat de l’école de musique. Cette fonction avait été assumée pendant près de 40 ans par le légendaire Werner Bühlmann, qui avait à présent atteint l’âge de la retraite. Pour Yves Illi, cette demande représentait une occasion de relever un défi passionnant pour ses dernières années d’activité. Elle lui offrait la possibilité de faire valoir une fois encore toute son expérience, d’autant plus que d’importantes restructurations étaient prévues à Lucerne.
Le recteur de l’école de musique de Lucerne a le rang de chef de service et est membre de la direction du département de l’instruction publique. Il assume donc une responsabilité politique et dispose de compétences élargies au plan juridique, ce qui lui permet d’exercer une grande influence.
Dès son entrée en fonction, Christine Bouvard, ancienne présidente du VML et présidente actuelle de l’ASEM, lui proposa de collaborer au comité de l’association cantonale. L’initiative cantonale sur la musique entrait justement dans sa phase décisive. Yves Illi accepta volontiers cette tâche, il se rendit dans la rue avec ses enseignants pour collecter des signatures. Comme on le sait, la votation fut un succès et grâce à elle, toutes les communes ont aujourd’hui l’obligation de gérer une école de musique dont les coûts sont partiellement pris en charge par le canton. Yves Illi s’est également engagé en faveur de l’initiative nationale sur la musique, qui a débouché en septembre dernier sur un nouvel article constitutionnel. Il espère désormais que ce succès sera confirmé au niveau de la législation.

De vastes locaux au Südpol
A Lucerne, le bâtisseur Yves Illi s’est vu une fois de plus offrir l’occasion de concrétiser un fleuron des écoles de musique, le Südpol. En outre, à la suite de la fusion des communes de Littau et de Lucerne, il a été amené à intégrer son ancienne école dans l’école actuelle. Cette tâche a nécessité là aussi des restructurations, en particulier au niveau de la direction. La fusion a notamment débouché sur la création de départements placés sous une direction spécifique. Lors d’une nouvelle votation populaire, un crédit de 25 millions de francs a été approuvé pour la création d’un centre culturel sur le site des anciens abattoirs de Kriens. Les vastes locaux de l’Arsenalstrasse ont ouvert leurs portes en 2008. Le bâtiment réunit sous un même toit des institutions culturelles de différents domaines : outre l’école de musique, on y trouve le Théâtre de Lucerne, l’Orchestre symphonique lucernois LSO, le Brass band der Bürgermusik et un théâtre de danse. Bientôt, un nouvelle page s’ouvrira dans l’histoire du Südpol : la Haute école de musique de Lucerne, qui souffre d’une pénurie de locaux, prendra possession en 2017 d’un bâtiment de 70 millions de francs qui sera construit dans la parcelle voisine. Membre du Conseil de fondation du HSLU M, Yves Illi a déjà mis en place une coopération intensive. Les deux centres collaboreront étroitement dans les secteurs de la méthodologie et de la didactique et entendent devenir des institutions phares dans ce domaine.

L’avenir
Créée il y a plus de 150 ans, la Musikschule Luzern est considérée aujourd’hui comme l’une des plus grandes et des plus importantes écoles de musique de Suisse. Des sondages montrent que ses 3000 élèves et 120 enseignants sont très satisfaits. Cette situation doit beaucoup à l’action d’Yves Illi. Sous son impulsion, l’école a été restructurée, des processus ont été définis, des procédures fixées et inscrites dans un manuel. A la fin de l’année scolaire, lorsqu’il fera ses adieux, l’école pourra ainsi continuer de fonctionner sans lui.
Yves Illi est encore bien trop occupé pour penser à sa retraite. En ce moment, il s’attache notamment à mettre en place une programme cantonal pour l’encouragement des talents. Cela dit, l’avenir lui promet déjà d’agréables découvertes: ce grand-père enthousiaste aime le Languedoc et se réjouit de faire de longues balades le long du Canal du Midi. Et c’est en toute confiance qu’il remettra l’école à son successeur Thomas Limacher.
 

Sommaire Basis

Services

Association suisse des écoles de musique

Adresse

Secrétariat : Margot Müller et Susanne Weber, Marktgasse 5, 4051 Basel
téléphone 061 260 20 70, Fax 061 906 99 01
E-Mail: info@musikschule.ch

CP 40-4505-7

Présidente

Christine Bouvard Marty
téléphone portable 076 336 28 56

Rédaction pages ASEM

Niklaus Rüegg
téléphone portable  079 708 90 74
E-Mail niklaus.rueegg@musikschule.ch


Jean-Damien Humair, ch. du Champ Jacquenoux 8, 1063 Chapelle-sur-Moudon
téléphone 079 391 91 28
E-Mail redaction@revuemusicale.ch

Internet
www.verband-musikschulen.ch
www.musikschule.ch
www.ecole-musique.ch
www.scuola-musica.ch

AGENDA

16 -19 mai
Finale SJMW
Lugano

30 - 01 mai 2019
AD EMU
Sofia, Bulgarie

30 mai - 2 juin 2019
Festival SKJF
Lucerne

14 juin 2019
10:15–15:30
AD ASEM
Olten

29 juin 2019
MAS Musikmanagemenent
Cérémonie de remise des diplômes de directeur d’école de musique ASEM
HKB Bern

05 - 07 septembre 2019
Séminaire de réflexion ASEM
Vaud

21 - 22 septembre 2019
Fête fédérale des musiques de jeunes
Berthoud

21- 22 septembre 2019
Swiss Percussion Competition
Weinfelden

15 novembre 2019
AD ASEM
10:15–15:30
Olten
06 décembre 2019
Conférence Romande

17 -18 janvier 2020
Forum sur la formation musicale FFM
TRAFO, Baden

8 - 11 juillet 2021
World Youth Music Festival
Zurich