Soutien et encouragement de manière individuelle à Wolfsburg.  

Une école modèle financée par Volkswagen

Niklaus Rüegg, 07.12.2013

Offerte en 2008 à la ville de Wolfsburg par le groupe Volkswagen à l’occasion de son 70ème anniversaire et inaugurée en 2009, la Nouvelle école de Wolfsbourg (Neue Schule Wolfsburg) part d’un concept pédagogique fondé sur une approche globale de l’individu.

Image
« Nos élèves grandissent dans un environnement où la musique est très présente. »

Prise en charge et suivi individuels à Wolfsburg.

Niklaus Rüegg – Les enfants et adolescents de Wolfsbourg bénéficient de programmes d’encouragement individuels adaptés à leurs besoins. Outre le caractère international, les sciences naturelles, la technologie, l’économie, l’art et la culture, l’un des points forts de l’école est l’encouragement des talents. Pratiqué de manière ciblée et scientifiquement étayée, il joue un rôle essentiel dans la stratégie de l’école. Les différents profils de talent des élèves sont soutenus et développés individuellement. Par ailleurs, l’art et la culture occupent aussi une place importante, car leur potentiel créatif est favorable au développement de l’intelligence émotionnelle et des compétences sociales. En janvier prochain, Helga Boldt, directrice de l’école, présentera ce projet visionnaire et unique en son genre lors du Forum sur la formation musicale.

Madame Boldt, en quoi la Nouvelle école de Wolfsbourg diffère-t-elle d’une école conventionnelle?
La première chose qui frappe, c’est la diversité sociale et culturelle dont sont issus les enfants et les adultes: ce sont des enfants des familles les plus riches comme des plus pauvres de la ville, ils proviennent de cultures familiales les plus diverses, beaucoup passent une partie de leur scolarité dans d’autres pays et contextes linguistiques, on trouve aussi bien des élèves exceptionnellement doués que des enfants apprenant très lentement. Et malgré - ou à cause de cette grande diversité, la cohabitation et l’apprentissage en commun fonctionnent bien. Le collège est lui aussi très mélangé: des personnes de langues et d’origines socioprofessionnelles diverses travaillent main dans la main pour créer un environnement d’apprentissage stimulant pour les enfants et les adolescents. Une autre particularité est que nous disposons d’une école bien équipée, qui peut travailler de manière indépendante sans devoir exiger d’écolages aux parents.

Quels sont les avantages des liens avec l’industrie et l’économie?
La ville de Wolfsbourg est influencée plus que toute autre ville allemande par le développement d’une multinationale. Ce lien historique très étroit entre l’évolution de la ville et celle de l’entreprise n’a cependant pas de répercussion sur les contenus de l’enseignement. Nous travaillons sur la base des programmes d’enseignement de notre pays et préparons nos élèves aux examens officiels. Cela ne nous empêche pas de profiter aussi en divers points de nos relations étroites avec VW tant au niveau des contenus que de la pratique, et cela non seulement dans le domaine de la mobilité et durabilité, mais aussi pour tout ce qui est en rapport avec la recherche et l’expérimentation.

Les enfants et les adolescents sont soutenus et encouragés de manière individuelle. Cette approche exige-t-elle plus d’enseignants et de collaborateurs pédagogiques que dans une école publique?
Nous sommes organisés en tant qu’école à horaire continu, de sorte que les enfants et les adolescents passent près de dix heures par jour dans nos locaux. La grandeur des classes est limitée à 20 élèves pour le secteur primaire, et 22 pour le secondaire. Pour pouvoir gérer cette structure de façon responsable et assurer un enseignement de haute qualité, il faut en effet davantage d’enseignants que dans la plupart des écoles publiques.

Vous ne parlez pas seulement de « branches », mais aussi de « domaines d’étude », de « projets » et de « lieux d’apprentissage extra-scolaires ». Quelle part représente l’apprentissage extra muros?
Les travaux réalisés à l’extérieur de l’école sont pour nous une source de connaissance extrêmement précieuse. La part des projets et de l’apprentissage extra-scolaire varie d’une année à l’autre et souvent aussi selon les situations. D’une manière générale, plus les élèves sont âgés, plus l’orientation indépendante dans un contexte social et géographique élargi devient importante. Dans ce contexte, les semaines de projets jouent un rôle important. Organisées deux fois par année généralement dans d’autres lieux d’apprentissage, elles sont toujours conçues dans une approche interdisciplinaire et axée sur des projets.

Dès les premières années, des programmes individuels sont élaborés pour les élèves. Les progrès sont-ils aussi évalués individuellement?
Oui bien sûr, sinon il serait impossible d’établir des programmes d’étude individuels. Cela dit, plus un élève est âgé, plus il est important qu’il soit aussi capable de porter un jugement attentif, critique et indépendant sur son propre processus d’apprentissage sans les instructions permanentes des enseignants. Et nous sommes régulièrement surpris de voir combien les élèves de primaire y parviennent bien.

L’encouragement des talents représente l’un des piliers de votre stratégie au même titre que les sciences naturelles et la technologie, le caractère international, l’art et la culture. Comment l’encouragement des talents musicaux est-il conçu dans votre école?
L’élément fondamental est l’expérience de sa propre voix et de la musique pratiquée en commun. Chacun doit pouvoir faire cette expérience. Nos élèves grandissent dans un environnement où la musique est très présente. Chez nous, il va de soi que tous chantent dans un chœur – jusqu’à la 6ème année, cet élément fait partie du programme hebdomadaire. Les parents et les collaborateurs ont suivi l’exemple des enfants et fondé un chœur. Une autre expérience tout aussi essentielle est de pouvoir jouer soi-même une mélodie sur un instrument. Tous les élèves de 3ème apprennent ainsi pendant une année un instrument mélodique en petits groupes. Ils ont le choix entre le violon, l’alto, le violoncelle, la contrebasse, la flûte et la guitare. Des enseignants de l’école collaborent pour cela avec des professeurs de l’école de musique. Hormis la location de l’instrument, ces cours n’entraînent aucun coût supplémentaire pour les parents. En 5ème, beaucoup d’élèves apprennent un instrument à vent - bois ou cuivre. Aujourd’hui, nous constatons que cette approche porte ses fruits: bien que l’école n’en soit qu’à sa cinquième année d’existence, des ensembles indépendants ont déjà vu le jour, dont deux bands. Deux fois par année, les élèves montrent ce qu’ils ont appris lors de notre « Petit podium », et pour le grand concert d’hiver et d’été, près de trois cents élèves se retrouvent sur scène.

Votre école existe depuis quatre ans. Comment les interactions recherchées entre programme d’enseignement, apprentissage et locaux ont-elles fonctionné jusqu’ici?
Les salles de classe sont un peu comme la monture d’un diamant. Si celle-ci est fonctionnelle et esthétiquement bien conçue, elle met en valeur le noyau, en l’occurrence l’apprentissage des enfants et des jeunes. Un exemple pour illustrer cela: si nous voulons développer l’apprentissage coopératif, intégrer des expériences sensorielles diversifiées et ménager des espaces de repos après le mouvement, il faut des salles de classes spacieuses et connectées aux médias. Elles doivent être équipées de meubles mobiles et de matériaux permettant de transformer rapidement les formes sociales sans faire de bruit dérangeant. Dès le début, nous avons aussi voulu nous baser sur une conception professionnelle des couleurs valable pour tous les équipements et pas seulement pour les murs. Nous avons rapidement remarqué que cela avait une influence positive sur le climat d’apprentissage.

Votre école souhaite non seulement enseigner, mais aussi être une organisation apprenante. Qui participe à ce processus d’amélioration permanent?
Dans une institution aussi jeune que la nôtre, chacun est appelé à contribuer dans la mesure de ses possibilités au développement de l’école. Il est important pour cela de disposer de strucutres de communication et de décision transparentes. Nous sommes systématiquement organisés en équipes qui coopèrent de leur côté au niveau des disciplines ou des classes. Le planning adopté nous est d’une grande aide: en principe, les enseignants sont aussi présents à l’école l’après-midi, et un après-midi par semaine est réservé à des conférences. La coopération est en outre soutenue au niveau pédagogique par un système électronique dans lequel tous les processus sont systématiquement classés et rendus ainsi disponibles notamment pour les nouveaux collègues.

Traduction : André Carruzzo
 

Services

Publicité

Association suisse des écoles de musique

Adresse

Secrétariat : Margot Müller et Susanne Weber, Dufourstrasse 11, 4052 Basel
téléphone 061 260 20 70, Fax 061 906 99 01
E-Mail: info@musikschule.ch

CP 40-4505-7

Présidente

Christine Bouvard Marty
téléphone portable 076 336 28 56

Rédaction pages ASEM

Anicia Kohler
téléphone portable  079 756 92 59
E-Mail anicia.kohler@musikschule.ch


Jean-Damien Humair, ch. du Champ Jacquenoux 8, 1063 Chapelle-sur-Moudon
téléphone 079 391 91 28
E-Mail redaction@revuemusicale.ch

Internet
www.verband-musikschulen.ch
www.musikschule.ch
www.ecole-musique.ch
www.scuola-musica.ch