Les autorités responsables influencent la culture scolaire

Niklaus Rüegg, 07.12.2013

En plus du Forum sur la formation musicale FFM qui est désormais proposé tous les deux ans, l’ASEM organise en alternance deux grandes conférences pour les présidences des associations cantonales et les autorités responsables des écoles de musique. Le 25 octobre 2013, c’était au tour de ces dernières de se réunir à Berne.

Image
La présidente Christine Bouvard très satisfaite du grand intérêt à la conférence « les autorités responsables des écoles de musique ».

Les conseils et commissions scolaires ainsi que les délégués suivent une formation continue.

Niklaus Rüegg – Les autorités scolaires, qu’il s’agisse de conseils d’école, de commissions scolaires ou d’assemblées des délégués, assument une grande responsabilité à l’égard des écoles qu’elles surveillent et accompagnent. Elles doivent soutenir toutes les décisions importantes et rendre des comptes aux bailleurs de fonds, tout en remplissant souvent la fonction de supérieur hiérarchique des directions des écoles. Mais elles travaillent dans un espace quelque peu isolé entre le monde politique et la base, ce qui entraîne souvent certaines lacunes en matière d’information. Partant de ce constat, l’ASEM a décidé il y a deux ans de créer une plate-forme d’information et de formation continue à leur intention. Le succès de la première conférence en 2011 a encouragé le comité à institutionnaliser cette structure en proposant une offre périodique.

Les travaux sur la loi fédérale progressent
Dans son exposé introductif, la présidente de l’ASEM Christine Bouvard a fait le point sur la mise en œuvre du nouvel article constitutionnel 67a « Formation musicale ». Le groupe de travail de l’Office fédéral de la culture (OFC), qui regroupe les principales associations musicales des milieux amateurs et professionnels, s’est réuni pour la dernière fois le 4 novembre et a finalisé le catalogue de mesures à l’intention du conseiller fédéral Alain Berset. Le document sera mis en consultation l’année prochaine, puis soumis au Parlement. La loi fédérale devrait être adoptée en 2015, de manière que les résultats puissent encore être intégrés dans le message culture de 2015-2018. Christine Bouvard a conseillé aux membres des autorités responsables de comparer leurs données scolaires avec celles de la statistique ASEM, de mener une réflexion sur la grandeur de l’établissement, le taux d’activité de la direction, l’assurance qualité, le financement, l’encouragement des talents, la coopération avec l’école obligatoire et sur les conditions d’engagement, et de reconsidérer le profil musicopédagogique. Dans les cantons où il n’existe pas encore de loi sur les écoles de musique, il s’agira d’en créer une – l’ASEM est en train de rédiger un guide pour aider à mettre en œuvre le processus législatif au niveau cantonal. Quant aux lois existantes, elles devraient être réexaminées sous l’angle de leur compatibilité.

35 ans de prévoyance taillée sur mesure
Hans Brupbacher, président du Conseil de fondation de la CP Musique et Formation, a présenté la réussite du développement de cette institution fondée en 1978 par l’ASEM. L’ASEM avait constaté que les enseignants des écoles de musique travaillaient souvent à temps partiel ou auprès de plusieurs employeurs et passaient ainsi à travers les mailles des caisses de pension traditionnelles, se retrouvant en fin de compte sans deuxième pilier. Pour permettre à ce groupe de bénéficier de solutions de prévoyance, elle a développé une forme d’assurance permettant d’assurer les salaires dès le premier franc. Entre-temps, des milliers d’employés d’écoles de musique ont profité de cette offre adaptée à la réalité professionnelle. Aujourd’hui, la CP Musique et Formation est une fondation indépendante comptant 9000 assurés actifs et s’appuyant sur un solide taux de couverture de 105%. Jusqu’à présent, le modèle a parfaitement fonctionné, mais l’avenir ne sera pas simple. De nombreux facteurs laissent prévoir une détérioration de la situation. Hans Brupbacher a présenté quelques mesures envisageables pour permettre aux générations futures de continuer d’être assurées. Parmi celles-ci, Hans Brupbacher a mentionné la prévention comme l’un des objectifs prioritaires. Dans cette optique, la CP, en collaboration avec la société « active care ag », a lancé il y a quelques années un programme de gestion de la santé en entreprise spécialement conçu pour les écoles de musique (GSE).

Economiser grâce à la prévention
La GSE a été présenté dans l’un des deux ateliers par Martin Brunner, d’active care ag. Il s’agit d’une prestation entièrement financée par la caisse de pension et donc proposée gratuitement. En ce moment, 125 écoles de musique regroupant au total plus de 5300 enseignants participent déjà au programme: « Les personnes travaillant chez plusieurs employeurs sans taux d’activité garanti se trouvent de plus en plus souvent confrontées à des situations profondément angoissantes et sont particulièrement exposés aux atteintes psychiques », a relevé Martin Brunner. Les deux éléments centraux du programme de prévention sont la gestion des absences et la gestion des cas. Le relevé systématique des absences permet par exemple de détecter plus rapidement le début d’un burnout et d’agir en conséquence. C’est ici qu’entre en jeu le deuxième instrument, la gestion des cas (case management): Le professeur malade est suivi par une personne spécialement formée qui l’accompagne individuellement pendant la phase de la maladie. La réintégration dans le processus de travail est d’autant plus rapide que le problème est détecté précocement. Les expériences faites jusqu’ici donnent raison à Martin Brunner: Depuis 2011, 6500 annonces d’absences ont été enregistrées et 150 rapports rédigés à l’attention des directions d’écoles dans le respect de la protection des données. Sur les 35 enseignants suivis dans le cadre de la gestion de cas, 20 sont à nouveau aptes au travail.

Les autorités responsables assument des tâches de direction
Dans le deuxième atelier, Andreas Hofmann, conseiller en entreprise, a esquissé divers aspects de la responsabilité des membres des conseils d’école et des commissions scolaires. A l’aide d’exemples très clairs, il a expliqué comment identifier rapidement les problèmes et trouver une solution appropriée: « Les organes de direction ont tendance à temporiser en cas de problème, jusqu’à ce que l’escalade devienne inévitable ».
Les objectifs fondamentaux mentionnés par Andreas Hofmann sont une vision d’avenir commune, une communication porteuse de sens, une stratégie bien réfléchie et un positionnement clair de l’école, les enseignants devant pouvoir s’identifier à cette dernière pour devenir des acteurs engagés.

Selon Andreas Hofmann, quatre facteurs jouent un rôle déterminant dans le succès d’une organisation:

➢ Les capacités: qu’est-ce que les responsables et les collaborateurs sont capables de faire ? Comment peut-on exploiter au mieux leur potentiel et leurs capacités?
➢ La confiance: faire confiance et donner confiance crée un climat de confiance.
➢ La raison: fixer des priorités, oublier le perfectionnisme pour se concentrer sur la résolution des problèmes les plus importants (80% des problèmes peuvent être résolus rapidement).
➢ La responsabilité: utiliser judicieusement les ressources disponibles, déléguer systématiquement et responsabiliser ainsi les collaborateurs.

La séance d’information a été interrompue à midi pour un délicieux buffet qui a permis aux responsables des écoles de musique de toutes les régions du pays de partager leurs expériences.
La prochaine conférence aura lieu en octobre 2014 et sera destinée aux présidences des associations cantonales, dont la dernière réunion remonte à 2012.
 

Traduction: André Carruzzo

Services

Publicité

Association suisse des écoles de musique

Adresse

Secrétariat : Margot Müller et Susanne Weber, Dufourstrasse 11, 4052 Basel
téléphone 061 260 20 70, Fax 061 906 99 01
E-Mail: info@musikschule.ch

CP 40-4505-7

Présidente

Christine Bouvard Marty
téléphone portable 076 336 28 56

Rédaction pages ASEM

Anicia Kohler
téléphone portable  079 756 92 59
E-Mail anicia.kohler@musikschule.ch


Jean-Damien Humair, ch. du Champ Jacquenoux 8, 1063 Chapelle-sur-Moudon
téléphone 079 391 91 28
E-Mail redaction@revuemusicale.ch

Internet
www.verband-musikschulen.ch
www.musikschule.ch
www.ecole-musique.ch
www.scuola-musica.ch

AGENDA

8 - 11 juillet 2021
7e Festival mondial des musiques de jeunes WJMF
Zurich

20 mai 2022
Festival des chœurs
Gossau