Statistique 2015 de l'ASEM 

Les écoles de musique suisses en chiffres

Niklaus Rüegg, 23.01.2017

Dans toute démocratie, il est indispensable de disposer de données structurelles fiables pour étayer l’argumentation politique. Ce principe est également valable pour les grandes associations nationales comme l’ASEM.

Image
«Les écoles de musique sont une branche hétérogène. Il est donc particulièrement important de disposer de statistiques fiables.»

Statistique 2015 de l'ASEM

Niklaus Rüegg – Il y a une dizaine d‘années, lorsqu’ont débuté les discussions sur l’initiative jeunesse+musique, le secrétariat de l’ASEM a été assailli de questions sur les faits et les chiffres des écoles de musique suisses. La plupart du temps, il n’avait pas été en mesure de fournir des informations précises, car l’ASEM ne disposait pas de données actuelles pour l’ensemble du pays. Cette lacune s’est révélée un grave handicap dans l’argumentation politique. Depuis 2007, l’ASEM s’emploie à professionnaliser la collecte des données. Un service spécifique, « Documentation et statistique » a été créé à cet effet. Le paysage très composite des écoles de musique en Suisse complique l’obtention de chiffres fiables.
Cette situation avait déjà donné beaucoup de fil à retordre à l’association avant sa transformation en organe faîtier. De nombreuses associations cantonales et une grande partie des écoles manquaient d’expérience dans la collecte systématique de données statistiques. C’est pourquoi le projet « statistique » a tiré en longueur. Mais en 2011, avant la votation de l’article sur la formation musicale, les choses ont à nouveau bougé. Le service compétent a été rebaptisé entre-temps « Associations nationales et statistique ». Au prix d’un effort considérable, l’ASEM est parvenue en l’espace d’une année à élaborer, en étroite collaboration avec les associations cantonales, une statistique nationale sur les écoles de musique. La deuxième édition de cette statistique a été réalisée en 2015. Le questionnaire a été fortement remanié sur la base des expériences faites avec la première version, et l’enquête a été confiée à une société spécialisée dans la collecte et l’interprétation des données.
Le « Rapport sur l’enquête statistique 2015 » a été présenté lors de l’AD de novembre 2016 par le responsable du projet et vice-président de l’ASEM Andreas Weidmann. Le document de 60 pages contient de précieuses informations sur les données structurelles générales, sur le financement, la direction et la gestion de la qualité, sur l’offre de pédagogie musicale et la structure de l’enseignement des écoles de musique de Suisse et du Liechtenstein. 83 graphiques clairs et 6 tableaux permettent de visualiser les chiffres et les faits.

Monsieur Weidmann, d’abord toutes nos félicitations pour l’achèvement de ce précieux rapport statistique.
Merci beaucoup – mais je peux retourner le compliment aux 334 écoles de musique qui ont pris la peine de répondre au questionnaire en ligne.

La politique se fait avec des chiffes : cette phrase est-elle exacte?
Des données fiables sont une condition essentielle pour pouvoir mener un débat politique objectif. Elles permettent en même temps d’étayer les arguments et contribuent à la visibilité d’une branche comme celle des écoles de musique.

Qu’en est-il de la pertinence du matériel statistique? Ne compare-t-on pas souvent des choses qui ne sont pas comparables?
Le matériel statistique présente toujours un certain flou. L’essentiel, c’est de tirer de bonnes conclusions à partir de ces chiffres, et de remettre dans leur contexte les thématiques qui leur sont liées.

Quels sont les pièges d’une utilisation inadéquate du matériel statistique?
Comme je l’ai déjà laissé entendre, les chiffres peuvent aussi être utilisés à tort et à travers s’ils ne sont pas restitués correctement ou qu’ils sont placés dans un mauvais contexte. Dans le journalisme, il arrive souvent que l’on joue avec les chiffres pour souligner des déclarations et donner des images erronées. Mais malgré cela, les avantages d’une base de données solide l’emportent largement sur les risques.

Pourquoi une statistique est-elle si importante pour l’ASEM?
Les écoles de musique sont une branche hétérogène, en raison d’une part de la structure fédéraliste qui se répercute au niveau des autorités responsables, d’autre part de la diversité des institutions. Celles-ci vont de la petite école de musique communale dans un canton montagnard, à la grande école de musique d’une grande ville. Dans ce contexte, il est particulièrement important de disposer de données statistiques fiables si l’on veut pouvoir tirer des conclusions sur l’ensemble de la branche et sur son évolution.

Le document est divisé en 6 domaines principaux et 65 sous-chapitres. Est-il nécessaire d’avoir autant d’informations?
La statistique 2015 fournit des renseignements sur les principaux domaines des écoles de musique. Elle couvre aussi bien les aspects liées à l’institution (structure, finances, personnel, qualité), que les données relatives à l’offre et à l’enseignement. On arrive ainsi rapidement à un grand nombre de questions.

A quels problèmes l’ASEM a-t-elle été confrontée lors de l’établissement du questionnaire et de l’interprétation des résultats?
S’agissant de la réalisation du questionnaire, le plus difficile a été de se concentrer sur les sujets vraiment essentiels et de formuler des questions complexes sous une forme compréhensible. En ce qui concerne l’interprétation, nous avons dû lutter avec des données incomplètes et quelques indications incohérentes. Mais ces problèmes ont pu être résolus en demandant des précisions aux écoles concernées.

Quelles améliorations avez-vous pu apporter sur la base des expériences faites en 2012?
Nous avons ramené le questionnaire à l’essentiel tout en l’approfondissant. Dans quelques domaines les questions ont été optimisées, et dans de nombreux cas elles ont été complétées par des explications supplémentaires. Grâce au nouveau questionnaire en ligne et au soutien professionnel d’une partenaire externe, nous avons accru la qualité des données et de leur interprétation. Enfin, des améliorations ont également été apportées au niveau de la structure du rapport.

Pouvez-vous mentionner des exemples d’utilisation pratique de la statistique ASEM?
Par exemple, nous disposons désormais d’informations fiables sur la structure des coûts des écoles de musique et sur leur offre élargie. Ce sont des chiffres qui peuvent servir à défendre la position des écoles dans le débat sur les coûts mené actuellement dans les cantons et les communes. Pour le grand public, le classement des instruments les plus appréciés se révèle particulièrement intéressant.

Y a-t-il eu des changements dans ce classement des instruments les plus appréciés ?
Les instruments à clavier – piano en tête – conservent largement la première place. En deuxième position figure la guitare acoustique, suivie du violon. La précédente enquête avait donné une image similaire, mais à l’époque, les questions n’avaient porté que sur les familles instrumentales et pas sur les instruments spécifiques.

Le nombre d’écoles de musique utilisant un système de gestion de la qualité a-t-il augmenté?
Dans l’enquête de 2012, 20% environ des écoles de musique avaient indiqué disposer d’un système de gestion de la qualité. En 2015, cette proportion est passée à environ un tiers, avec toutefois de grande différences entre les cantons. C’est une évolution réjouissante, et qui devrait encore s’accentuer, car de nombreux cantons exigeront à l’avenir un système de gestion de la qualité de la part des écoles de musique - ce qui correspond tout à fait à la ligne adoptée par l’association faîtière ASEM.

Quand est prévue la prochaine statistique ASEM?
Pour pouvoir montrer les évolutions au sein de la branche, les relevés statistiques doivent être réalisés avec une certaine périodicité. Je pars du principe que l’ASEM les effectuera tous les trois ans.

Sommaire Basis

Services

Publicité

Association suisse des écoles de musique

Adresse

Secrétariat : Margot Müller et Susanne Weber, Marktgasse 5, 4051 Basel
téléphone 061 260 20 70, Fax 061 906 99 01
E-Mail: info@musikschule.ch

CP 40-4505-7

Présidente

Christine Bouvard Marty
téléphone portable 076 336 28 56

Rédaction pages ASEM

Niklaus Rüegg
téléphone portable  079 708 90 74
E-Mail niklaus.rueegg@musikschule.ch


Jean-Damien Humair, ch. du Champ Jacquenoux 8, 1063 Chapelle-sur-Moudon
téléphone 079 391 91 28
E-Mail redaction@revuemusicale.ch

Internet
www.verband-musikschulen.ch
www.musikschule.ch
www.ecole-musique.ch
www.scuola-musica.ch

AGENDA

Pour plus de détails voir je lien site Web de l’ASEM

 

30 - 01 mai 2019
AD EMU
Sofia, Bulgarie

30 mai 2019
7ème Festival Suisse de Choeurs d'enfants et de jeunes
Study Tour pour chef(fe)s de chœur à l'occasion du SKJF 2019
Lucerne

14 juin 2019
10:15–15:30
AD ASEM
Olten

24 juin 2019
4th Talent Music Summer Courses & Festival
Brescia

29 juin 2019
MAS Musikmanagemenent
Cérémonie de remise des diplômes de directeur d’école de musique ASEM
HKB Bern

1 août 2019
8th World Orchestra Festival
Vienne

05 - 07 septembre 2019
Séminaire de réflexion ASEM
Vaud

21 - 22 septembre 2019
Fête fédérale des musiques de jeunes
Berthoud

21- 22 septembre 2019
Swiss Percussion Competition
Weinfelden

2 novembre 2019
17. Symposium SMM (en allemand)
Bâle

15 novembre 2019
AD ASEM
10:15–15:30
Olten

06 décembre 2019
Conférence Romande

17 -18 janvier 2020
Forum sur la formation musicale FFM
TRAFO, Baden

8 - 11 juillet 2021
7ème World Youth Music Festival WJMF
Zurich

20 mai 2022
Festival der Chöre
Gossau