Depuis l’été 2016, Valentin Gloor est membre du comité de l’ASEM  

Un apport de compétences

Niklaus Rüegg, 25.02.2017

L’été dernier, un poste était devenu vacant au comité à la suite de la démission d’Helga Loosli. Une personnalité expérimentée a été trouvée pour la remplacer au secteur pédagogie.

Image
«Les écoles de musique suisses accomplissent une tâche éducative et culturelle extrêmement importante dans notre société»

Depuis l’été 2016, Valentin Gloor est membre du comité de l’ASEM

Niklaus Rüegg – Il n’a pas fallu longtemps à Valentin Johannes Gloor, directeur du conservatoire de Winterthur, pour se familiariser avec les tâches du comité. Outre son intérêt marqué pour les questions pédagogiques, il possède en effet déjà une solide expérience du travail associatif au niveau national et cantonal, acquise lors de son ancienne activité à la SSPM et dans son engagement actuel au comité de l’association des écoles de musique du canton de Zurich. Grâce à son sens du travail conceptuel en réseau, il apporte de précieuses impulsions dans le traitement des projets du comité.
Valentin Gloor a étudié le chant soliste à Zurich (Musikhochschule Winterthur-Zürich) et à Graz (Universität für Musik und darstellende Kunst Graz) et obtenu un diplôme d’enseignement et une virtuosité avec mention. En 2013, il a présenté une thèse de doctorat à Graz sur la recherche artistique. En tant que chanteur, il donne des concerts en Suisse et dans les pays voisins, et a participé à divers enregistrements et enseigné le chant dans des écoles de musique, des lycées et dans le privé.
Au sein de la SSPM, Valentin Gloor a dirigé le processus d’autonomisation de la formation professionnelle de la SSPM et sa conversion au système de bachelor/master ainsi que la mise en place de la coopération avec la Haute école spécialisée Kalaidos. Il a été recteur de la Haute école de musique Kalaidos, et assume depuis 2014 la direction du conservatoire de Winterthur.

Monsieur Gloor, votre curriculum témoigne d’un double talent de chanteur et de scientifique, ce qui est plutôt rare. Comment avez-vous pu associer ces deux orientations dans votre parcours professionnel ?
Durant mon activité, j’ai eu l’occasion de rencontrer plusieurs « musiciens-scientifiques ». Cette combinaison est plus fréquente qu’on pourrait le croire. Mais la science et les arts étant encore récemment considérés comme des domaines strictement séparés, ce n’est qu’aujourd’hui que ce type d’intérêt double, par exemple pour la « recherche artistique », peut véritablement s’épanouir. En ce qui me concerne, cette combinaison s’est faite facilement, car elle me permettait d’associer deux passions. Elle ne représente donc pas une charge supplémentaire, mais au contraire une source d’inspiration libératrice.

A cela est venu s’ajouter votre activité de directeur d’école - une tâche complexe qui relève davantage du domaine organisationnel et politique. Comment faites-vous pour coordonner ces activités professionnelles exigeantes dans votre vie quotidienne ?
Ne nous faisons pas d’illusion : toute tâche de direction d’une certaine importance nécessite un engagement très intense. Certaines activités doivent ainsi être reléguées au second plan, et il faut composer avec le temps à sa disposition. Je continue de donner des concerts et de mener de la recherche, mais aujourd’hui, la direction de l’école occupe clairement la place centrale dans ma vie professionnelle.

Depuis neuf mois, vous êtes également membre du comité de l’Association suisse des écoles de musique. Qu’est-ce qui motive cet engagement ?
Mon engagement pour l’éducation musicale, que ce soit en tant que directeur d’école ou dans le cadre de mon activité associative, se nourrit d’une passion profonde pour la musique, les personnes, la pratique musicale et la transmission des connaissances, de préférence sous une forme associant ces quatre éléments. Les écoles de musique suisses accomplissent une tâche éducative et culturelle extrêmement importante dans notre société ! La musique fait intervenir ici de nombreux aspects, tels que participation culturelle, plaisir du beau, développement de capacités et de stratégies d’apprentissage, socialisation, formation de la personnalité, relations interpersonnelles… Il nous faut continuellement défendre notre enthousiasme et notre passion auprès du monde politique! Et nous devons rappeler sans relâche l’importance de ce patrimoine culturel et nous engager pour améliorer les conditions générales. C’est cette conviction qui me motive à collaborer avec le comité de l’ASEM.

Votre secteur est celui de la pédagogie. Quels sont vos projets?
L’une des tâches centrales du secteur pédagogie, dont je m’occupe avec Felix Bamert, est de soutenir les démarches politiques en mettant à disposition notre savoir-faire. Quant aux trois autres domaines d’activité, je les décrirais par les mots-clés : sismographe/sensibilisation, bonnes pratiques/mise en réseau, normes de formation/soutien. Par son réseau de contacts en Suisse et à l’échelle internationale, l’ASEM occupe une position idéale pour « repérer » les tendances actuelles de la politique et de l’éducation et les exploiter au profit de ses membres. Cela peut se faire aussi bien par des publications ou des congrès qu’au travers de concours de bonnes pratiques qui permettent aux écoles de musique proposant des offres innovantes d’entrer en contact et échanger des idées avec d’autres institutions avides d’apprendre. Et en cette époque de changement, nous devrions tous être avides d’apprendre ! Pour que le travail pédagogique reçoive aussi un soutien politique, nous défendons régulièrement la formulation de normes de référence – actuellement dans le cadre de la révision des lignes directrices pour l’encouragement des talents musicaux. C’est en collaborant avec les autres secteurs du comité que nous obtenons les meilleurs résultats. C’est pourquoi je suis très heureux que le comité de l’ASEM pratique une culture du dialogue et du travail très ouverte!

Pensez-vous que malgré le nouvel article constitutionnel, la formation musicale est aujourd’hui gravement menacée en Suisse ?
Je n’irais pas si loin. Mais il est vrai que beaucoup d’acquis de ces dernières années sont très menacés. En raison des mesures d’économies voulues par la politique à tous les niveaux, de nombreux aspects sont remis en question, et les priorités sociales sont actuellement renégociées. Notre tâche consiste à rappeler sans cesse, en collaboration avec les associations cantonales et les écoles de musique, combien l’éducation musicale est importante pour nos enfants et nos jeunes – non seulement pour les élèves, mais aussi pour notre société tout entière, pour sa cohésion et sa capacité à affronter l’avenir ! Pour l’ASEM, cela signifie : mener avec persévérance un lobbying politique intense et scientifiquement étayé, dont les résultats ne se manifesteront souvent que des années plus tard. Je serais heureux de pouvoir apporter en coulisse une contribution à cette tâche peu spectaculaire mais essentielle – dans l’espoir que le travail accompli dans le secteur pédagogie sera une source d’inspiration et de motivation et encouragera les écoles de musique à continuer de développer leur bon travail accompli jusqu’ici et à explorer de nouvelles voies.

Sommaire Basis

Services

Association suisse des écoles de musique

Adresse

Secrétariat : Margot Müller et Susanne Weber, Marktgasse 5, 4051 Basel
téléphone 061 260 20 70, Fax 061 906 99 01
E-Mail: info@musikschule.ch

CP 40-4505-7

Présidente

Christine Bouvard Marty
téléphone portable 076 336 28 56

Rédaction pages ASEM

Niklaus Rüegg
téléphone portable  079 708 90 74
E-Mail niklaus.rueegg@musikschule.ch


Jean-Damien Humair, ch. du Champ Jacquenoux 8, 1063 Chapelle-sur-Moudon
téléphone 079 391 91 28
E-Mail redaction@revuemusicale.ch

Internet
www.verband-musikschulen.ch
www.musikschule.ch
www.ecole-musique.ch
www.scuola-musica.ch

AGENDA

16 -19 mai
Finale SJMW
Lugano

30 - 01 mai 2019
AD EMU
Sofia, Bulgarie

30 mai - 2 juin 2019
Festival SKJF
Lucerne

14 juin 2019
10:15–15:30
AD ASEM
Olten

29 juin 2019
MAS Musikmanagemenent
Cérémonie de remise des diplômes de directeur d’école de musique ASEM
HKB Bern

05 - 07 septembre 2019
Séminaire de réflexion ASEM
Vaud

21 - 22 septembre 2019
Fête fédérale des musiques de jeunes
Berthoud

21- 22 septembre 2019
Swiss Percussion Competition
Weinfelden

15 novembre 2019
AD ASEM
10:15–15:30
Olten
06 décembre 2019
Conférence Romande

17 -18 janvier 2020
Forum sur la formation musicale FFM
TRAFO, Baden

8 - 11 juillet 2021
World Youth Music Festival
Zurich