Les écoles de musique argoviennes investissent dans la qualité  

Un manuel pour des écoles de musique tournées vers l’avenir

Niklaus Rüegg, 24.05.2018

Dans le canton d’Argovie, le secteur des écoles de musique est très morcelé et présente de grandes différences régionales. Un manuel propose désormais des solutions pour l’optimiser.

Image
Valentin Sacher, président de l’association des écoles de musique d’Argovie

Niklaus Rüegg – Les facteurs ayant une influence sur le bon fonctionnement d'une école de musique sont aujourd’hui connus : on dispose de données de référence sur la clé de financement, les structures salariales et la taille minimale économiquement pertinente ; les exigences relatives à la qualification des membres de la direction et du corps enseignant ont été définies, et des recommandations concernant l'éventail de branches ont été formulées. Un système de gestion de la qualité spécialement destiné aux écoles de musique a même été développé, et depuis six ans, un article constitutionnel exige une formation musicale de qualité accessible à tous.
Valentin Sacher, président de l’association des écoles de musique d’Argovie (VAM), estime que le temps des revendications est passé et que la balle est à présent dans le camp des responsables de la formation musicale extrascolaire. C’est ainsi qu’à la fin de l’année dernière, la VAM a présenté un manuel sur le développement des écoles de musique qui a été accueilli avec beaucoup d’intérêt, y compris au-delà des frontières cantonales. Le document renferme des propositions ambitieuses et des instructions détaillées sur la façon d’améliorer les écoles de musique dans le canton. Fondé sur la structure du système de gestion de la qualité quarte de l’ASEM, il intègre des normes valables au plan national mais spécialement adaptées pour les écoles de musique argoviennes. Les institutions qui les appliquent pourront obtenir facilement la certification quarte.
Le processus se déroulera en deux phases : la première, qui court jusqu’en 2021, prévoit l’introduction de quelques normes de base. Ensuite, l’ensemble des règles devraient être mises en œuvre d’ici 2025.
Valentin Sacher, percussionniste, a suivi la formation de directeur d’école ASEM à la Haute école des arts de Berne et dirige actuellement les écoles de musique de Rheinfelden/Kaiseraugst et de Zeiningen.

Valentin, le manuel « Musikschule Aargau 2021 » publié par la VAM représente-t-il une sorte de livre de recettes pour l’organisation des écoles de musique?
Oui, c’est un livre de recettes pour les écoles de musique qui souhaitent assurer leur survie. Nos membres nous ont chargé de montrer les normes qu’une école de musique doit remplir pour être viable. Nous demandons par ailleurs au canton de nous indiquer ce qu’il peut nous proposer pour renouveler notre système sclérosé, compliqué.
L’article constitutionnel que nous avons obtenu en 2012 engage en effet aussi le canton. A présent, notre tâche consiste à réformer les écoles de musique pour renforcer leur professionnalisme. Il existe encore des écoles de musique dont la présidence de la commission scolaire, la direction et le secrétariat sont assumés par une seule et même personne non qualifiée, et ce à titre bénévole. Et l’on trouve encore des salaires jusqu’à 46% inférieurs aux recommandations du canton.

Qu’est-ce qui est sclérosé dans le système ?
Par exemple, entre la 6e et la 9e année, le canton prend en charge quelques minutes des frais salariaux pour l'enseignement de la musique et les paie directement au professeur. La commune et les parents assument les coûts des minutes restantes. Ce qui signifie que nous devons établir trois factures par élève – un travail superflu. Et dans ce canton, ce système est en place depuis 1865 ! Autre absurdité : l'enseignement du chant solo est la seule branche à ne pas être subventionnée, au motif que le chant serait proposé à l’école primaire…

Que proposez-vous comme améliorations ?
Cette restriction absurde à quatre degrés scolaires doit être supprimée au profit d’un système de subventionnement indépendant de l’âge. Un partage des coûts à parts égales entre le canton, la commune et les élèves serait judicieux. Il faut aussi avoir la garantie que tout l’éventail des branches puisse être proposé partout dans le canton. Si des petites écoles de musique ne peuvent pas enseigner certains instruments, elles devraient instaurer des coopérations avec des écoles de plus grande taille.

Quel est le niveau des salaires des professeurs travaillant dans les écoles de musique argoviennes ?
Le salaire recommandé se situe depuis 2005 à un niveau intermédiaire entre celui des enseignants d'école primaire et du secondaire. Il a été déterminé à l'aide du système d'évaluation des postes ABAKABA par rapport à notre mandat professionnel. Depuis lors, nous demandons à toutes les écoles de musique et à leurs communes de s’adapter à ce niveau.

D’autres se sont déjà cassé les dents sur l’exigence d’égalité salariale au niveau cantonal…
Si une commune ne paie pas le même salaire, le descriptif de la fonction devrait être adapté en conséquence, ou il faudrait procéder à une évaluation spécifique des postes. Dans ce cas, les différences de salaires ne me posent pas de problème. Mais nous devons impérativement nous baser sur un cadre de référence établi sur la base d’une évaluation.

Quelles « fusions pertinentes » d’écoles de musique encouragez-vous ?
Il existe une taille minimale considérée comme raisonnable et rentable. Les secrétariats des petites écoles ne sont souvent occupés que quelques heures par semaine et sont très difficiles à joindre par téléphone ; en outre, les taux d’activité de la direction sont ridiculement bas. Pour calculer le taux d’activité de la direction et du secrétariat, nous utilisons un outil éprouvé qui nous indique exactement les pourcentages de poste appropriés en fonction du travail à accomplir. A mes débuts, l’Argovie comptait plus de 90 écoles de musique. Aujourd’hui, leur nombre a été ramené à 73. Notre objectif est de faire en sorte que dans sept ans, nous n’ayons plus que 30 à 40 écoles de musique gérées de façon professionnelle et disposant d'un pourcentage de poste approprié pour la direction.

A présent, par quoi allez-vous commencer pour que les objectifs puissent être atteints d’ici 2021 ?
Nous encourageons les directions des écoles à discuter avec leurs communes. Nous fournissons une assistance et proposons à nos membres des formations continues. Je souligne qu’il ne s’agit que de recommandations. En tant qu’association cantonale, nous ne pouvons obliger personne à les mettre en œuvre. Mais les écoles qui remplissent nos exigences se mettent en conformité avec les dispositions légales et partent sur une bonne base pour l'avenir.

Que faudrait-il pour que l’apprentissage d’un instrument fasse naturellement partie de l'éducation de nos enfants?
Le chemin passe par l’intégration de l’enseignement instrumental dans la grille horaire de l’école obligatoire. La commune de Zofingue est depuis dix ans un pionnier dans ce domaine. Aujourd’hui, environ 65% des élèves d’école primaire y apprennent un instrument, et ce succès est directement imputable à ce travail. Nous essayons d'introduire ce modèle au niveau cantonal.
Je suis par ailleurs convaincu qu’il est nécessaire d’innover les formes d’apprentissage et d’enseignement, en particulier celles destinées à la base. En ce moment, nous ne parvenons toujours pas à atteindre de nombreux groupes d’élèves, parce qu'ils ne se sentent pas concernés par nos offres, souvent perçues comme élitaires.

Sommaire Basis

Services

Association suisse des écoles de musique

Adresse

Secrétariat : Margot Müller et Susanne Weber, Marktgasse 5, 4051 Basel
téléphone 061 260 20 70, Fax 061 906 99 01
E-Mail: info@musikschule.ch

CP 40-4505-7

Présidente

Christine Bouvard Marty
téléphone portable 076 336 28 56

Rédaction pages ASEM

Niklaus Rüegg
téléphone portable  079 708 90 74
E-Mail niklaus.rueegg@musikschule.ch


Jean-Damien Humair, ch. du Champ Jacquenoux 8, 1063 Chapelle-sur-Moudon
téléphone 079 391 91 28
E-Mail redaction@revuemusicale.ch

Internet
www.verband-musikschulen.ch
www.musikschule.ch
www.ecole-musique.ch
www.scuola-musica.ch

AGENDA

16 -19 mai
Finale SJMW
Lugano

30 - 01 mai 2019
AD EMU
Sofia, Bulgarie

30 mai - 2 juin 2019
Festival SKJF
Lucerne

14 juin 2019
10:15–15:30
AD ASEM
Olten

29 juin 2019
MAS Musikmanagemenent
Cérémonie de remise des diplômes de directeur d’école de musique ASEM
HKB Bern

05 - 07 septembre 2019
Séminaire de réflexion ASEM
Vaud

21 - 22 septembre 2019
Fête fédérale des musiques de jeunes
Berthoud

21- 22 septembre 2019
Swiss Percussion Competition
Weinfelden

15 novembre 2019
AD ASEM
10:15–15:30
Olten
06 décembre 2019
Conférence Romande

17 -18 janvier 2020
Forum sur la formation musicale FFM
TRAFO, Baden

8 - 11 juillet 2021
World Youth Music Festival
Zurich