« Meeting of the Boards » de l’EMU à Winterthur 

Diversité et identification locale

Niklaus Rüegg, 25.03.2019

A l’invitation de l’EMU, les comités des associations européennes d’écoles de musique se sont réunis à Winterthur pour un passionnant échange d’expériences sur les « partenariats stratégiques ».

Image
Réflexion commune sur les partenariats

Niklaus Rüegg – A la fin de la rencontre au conservatoire de Winterthur, Philippe Dalarun, président de l’Union européenne des écoles de musique (EMU), a recommandé à la quarantaine de participantes et participants venus de 13 pays de méditer pendant leur voyage de retour sur les nombreuses impressions et questions soulevées lors des deux journées. Quelques-unes d’entre elles pourraient ouvrir de nouvelles perspectives, voire encourager des actions concrètes, même si toutes ne peuvent pas être transposées telles quelles d’un pays à l’autre. En l’occurrence, le principe applicable est celui de la « diversity and local identification » : il s’agit de découvrir les multiples formes que revêt l’éducation musicale dans les autres pays, de développer le respect de la différence et de chercher des idées pouvant enrichir son propre travail sans perte d’identité.
Cette année, c’est à l’Association suisse des écoles de musique qu’est revenu l’honneur d’organiser la rencontre. Valentin Gloor, vice-président de l’ASEM, s’est proposé pour accueillir la manifestation dans les vaste locaux du conservatoire de Winterthur qu’il dirige depuis 2014.
Il convient de saluer tout particulièrement la prestation des jeunes musiciennes et musiciens du conservatoire dont les présentations en solistes et en trio ont séduit le public international.

Des partenariats fructueux

Au centre de la rencontre figurait la question suivante : quels sont les partenaires possibles des écoles de musique et de leurs associations pour assurer un développement efficace de la formation musicale ?

Au cours de huit brèves présentations de huit pays membres complétées par des ateliers et des discussions, de très nombreuses réponses ont été données. Les projets d’Estonie, de France, de la République tchèque, du Danemark, d’Espagne, d’Autriche, d’Allemagne et de Suisse ont montré que les partenariats existants pouvaient revêtir des formes très diverses. Certains projets pratiques, comme l’action « Spend’ dein Instrument » (« fais don de ton instrument ») menée dans la Sarre, pourraient être transposés sans problème à d’autres pays. Les festivals de musique organisés avec des partenaires locaux pour promouvoir des instruments rarement choisis et soutenir la relève orchestrale (Estonie, France) peuvent aussi servir de modèles pour des projets comparables. De même, la contribution autrichienne « Collaboration with media and use of technology » a clairement le potentiel pour être repris dans d’autres pays sous une forme adaptée aux conditions locales. Michaela Hahn, membre du comité de l’EMU, a montré comment une collaboration professionnelle avec les médias pouvait servir l’image de la formation musicale. Il a également souligné que les formations technologiques dans les domaines pédagogique et artistique étaient absolument indispensables pour l’avenir. L’exposé danois a porté sur la nouvelle loi danoise sur la formation, qui a pour effet d’instaurer des coopérations étroites entre les écoles publiques et les écoles de musique. Christine Bouvard, présidente de l’ASEM et vice-présidente de l’EMU, a présenté l’exemple - typiquement helvétique - de collaboration entre associations musicales et instances politiques développées depuis treize ans dans le cadre de l’art. 67a Cst., soulignant que le travail politique ne repose pas seulement sur des succès ponctuels mais constitue au contraire un processus permanent. Le projet ON STAGE – Music schools for social change (Espagne, Catalogne) table sur un échange international. Raül Brenchat a présenté dans ce contexte son école à l’Hospitalet (Barcelone) a décrit son projet de bonnes pratiques, qui recouvre des écoles de six villes européennes.

Une association faîtière très active
Le « Meeting of the boards » de l’EMU a lieu tous les deux ans.
A cela s’ajoute une assemblée générale annuelle, combinée tous les deux à trois ans avec le festival européen de musique pour la jeunesse. Le dernier festival s’est déroulé en mai 2018 à Sneek (Hollande). Enfin, depuis 2013, deux « Capacity Building seminars » sont proposés chaque année sur des sujets d’actualité, généralement dans le domaine de la pédagogie musicale.

L’« European Music School Union » est l’organisation faîtière européenne des associations nationales d’écoles de musique - le qualificatif « européenne » faisant référence au continent et non à l’UE. L’EMU représente environ 6000 écoles de musique, 150’000 enseignantes et enseignants et 4'000’000 d’élèves. L’EMU évalue le chiffre d’affaires global des écoles de musique à 1'500’000'000 euros. La Suisse fait partie des membres fondateurs de l’EMU (depuis 1973) et a été pendant longtemps à la tête de l’association.

Services

Publicité

Association suisse des écoles de musique

Adresse

Secrétariat : Margot Müller et Susanne Weber, Dufourstrasse 11, 4052 Basel
téléphone 061 260 20 70, Fax 061 906 99 01
E-Mail: info@musikschule.ch

CP 40-4505-7

Présidente

Christine Bouvard Marty
téléphone portable 076 336 28 56

Rédaction pages ASEM

Anicia Kohler
téléphone portable  079 756 92 59
E-Mail anicia.kohler@musikschule.ch


Jean-Damien Humair, ch. du Champ Jacquenoux 8, 1063 Chapelle-sur-Moudon
téléphone 079 391 91 28
E-Mail redaction@revuemusicale.ch

Internet
www.verband-musikschulen.ch
www.musikschule.ch
www.ecole-musique.ch
www.scuola-musica.ch

AGENDA

8 - 11 juillet 2021
7e Festival mondial des musiques de jeunes WJMF
Zurich

20 mai 2022
Festival des chœurs
Gossau