Une start-up suisse développe un outil d’apprentissage couronné de succès  

FFM 2020 : L’esprit d’entreprise au service de la formation

Niklaus Rüegg, 30.11.2019

Quel rapport y a-t-il entre audace entrepreneuriale et formation musicale ? Jan Rihak tentera d’y répondre en présentant au FFM le principe des start-up.

Image
Jan Rihak

Niklaus Rüegg — Parmi les entreprises nouvellement fondées (« start-up »), certaines s’intéressent aussi aux contenus éducatifs. C’est le cas de « Classtime », une plate-forme de participation et de vérification conçue pour l’enseignement moderne. L’un des membres fondateurs de l’entreprise du même nom est Jan Rihak, de Zurich. Jan Rihak a étudié l’informatique à l’EPF et obtenu un Master of Business Administration (MBA) à la Judge Business School de l’Université de Cambridge, en Angleterre. Il a travaillé comme consultant dans une position dirigeante à McKinsey (Zurich) et comme stratège à l’UBS. Entre-temps, il a collaboré dans une ONG qui permet à des enfants et des adolescents du Kenya de suivre une scolarisation. En 2012, il a fondé une première start-up couronnée de succès dans le secteur financier (« MoneyPark AG ») ; mais il nourrissait aussi depuis longtemps le désir d’appliquer ses connaissances technologiques dans le secteur de la formation.
C’est ainsi qu’en collaboration avec son partenaire Valentin Rüst, il a développé l’idée de « Classtime », qui a débouché sur la fondation d’une entreprise en 2016. Aujourd’hui, le programme est déjà largement diffusé au niveau international. Quelque 18'000 enseignantes et enseignants en Ukraine, aux USA et en Suisse sont enthousiasmés par cet outil. Entre-temps, la start-up occupe 12 collaboratrices et collaborateurs. Classtime permet de poser un diagnostic en temps réel dans une salle de classe. Il peut être utilisé dans des situations d’évaluation, mais aussi de manière semi-formelle ou pour le contrôle des connaissances. Le programme comprend des bibliothèques de questions qui couvrent tous les domaines du savoir et sont régulièrement complétées. Les utilisateurs apprécient les instructions simples et claires en même temps que le professionnalisme et la profondeur du système. L’une des caractéristiques de Classtime est son approche participative et l’objectif de faire progresser la classe tout entière. En tant qu’outil didactique, il est utilisé de manière ciblée et n’a pas pour vocation de remplacer l’enseignant.

Un modèle pour les écoles de musique ?
Dans son exposé intitulé « L’esprit entrepreneurial des start-up : une source d’inspiration pour les institutions de formation ?», Jan Rihak soulève une question qui, à première vue, ne semble avoir pas beaucoup de rapport avec le système éducatif des écoles de musique de droit public. Mais en réalité, compte tenu de la concurrence qui règne sur le marché de l’enseignement, celles-ci ont tout intérêt à faire preuve d’esprit d’entreprise, sachant qu’elles sont aussi concernées par le changement. On trouve parmi elles des enseignants novateurs qui mènent en même temps des projets. Selon Jan Rihak, ces derniers offrent une base pour développer de propres idées. Jan Rihak recommande une approche itérative consistant à « se rapprocher d’un objectif de manière ponctuelle, graduelle et interactive ». Il souligne qu’en tant que fondateur d’une start-up, il faut être convaincu de son produit, passionné, prêt à invertir beaucoup d’énergie positive et être capable de résilience pour pouvoir assumer les échecs.

Si l’activité principale de l’enseignement vocal et instrumental traditionnel reste de nature analogique, le numérique y est extrêmement présent. Il existe un nombre incalculable d’outils d’apprentissage et d’enseignement sous forme d’applications et de programmes web. Dans le contexte de la formation musicale, Jah Rihak estime que « Classetime » est surtout intéressant pour les branches théoriques et l’enseignement en classe. Il est prévu d’intégrer prochainement un « cas d’utilisation » ainsi qu’une fonction pour clips audio. Ces compléments visent à soutenir la formation de l’oreille, l’analyse de morceaux ainsi que la progression dans le déchiffrage de partitions – ce qui nous amène au cœur de l’enseignement instrumental.

Services

Publicité

Association suisse des écoles de musique

Adresse

Secrétariat : Margot Müller et Susanne Weber, Dufourstrasse 11, 4052 Basel
téléphone 061 260 20 70, Fax 061 906 99 01
E-Mail: info@musikschule.ch

CP 40-4505-7

Présidente

Christine Bouvard Marty
téléphone portable 076 336 28 56

Rédaction pages ASEM

Anicia Kohler
téléphone portable  079 756 92 59
E-Mail anicia.kohler@musikschule.ch


Jean-Damien Humair, ch. du Champ Jacquenoux 8, 1063 Chapelle-sur-Moudon
téléphone 079 391 91 28
E-Mail redaction@revuemusicale.ch

Internet
www.verband-musikschulen.ch
www.musikschule.ch
www.ecole-musique.ch
www.scuola-musica.ch

AGENDA

8 - 11 juillet 2021
7e Festival mondial des musiques de jeunes WJMF
Zurich

20 mai 2022
Festival des chœurs
Gossau