chance ou concurrence? 
Belle présence des écoles de musique sur les réseaux sociaux

Belle présence des écoles de musique sur les réseaux sociaux

Jean-Damien Humair, 24.02.2021

Le site web n’est plus seul pour se faire connaître sur Internet. La mode est aux réseaux sociaux : Facebook, Instagram, YouTube. Quelle utilisation les écoles de musique en Suisse romande font-elles de ces nouveaux médias ? La concurrence – mondiale – est-elle rude ? Nous leur avons posé la question.

Il suffit d’aller y faire un tour pour se rendre compte que les écoles de musique et conservatoires ont rapidement suivi la tendance. A Genève, l’Institut Jaques-Dalcroze met en ligne les vidéos de ses spectacles et rétrospectives sur YouTube, mais aussi des leçons de cours ainsi que des performances et prestations d’élèves, à raison d’environ cinq films par an. En parallèle, il publie chaque semaine sur Facebook et sur Instagram une actualité ou une information de fond sur la spécificité de son enseignement. Pour Virginie Du Pasquier Vaucher, responsable de la communication, les tutoriels et cours de musique en ligne ne sont pas une concurrence réelle pour l’institut, plutôt un moyen complémentaire : « la singularité de la pédagogie Jaques-Dalcroze nécessite une présence et une interaction avec le professeur ou la professeure qui improvise au piano. Cette pédagogie s’adresse par ailleurs à des enfants dès un an (pour la rythmique parent-enfant), puis dès que l’enfant est en âge d’être scolarisé. Il peut difficilement exister d’équivalent à travers des tutos, et par ailleurs les parents recherchent justement à éviter les écrans pour leurs jeunes enfants. »


Cet avis est généralement partagé, notamment par Jacques Hurni, directeur du Conservatoire du Nord Vaudois à Yverdon : « depuis le Covid, nous avons vu une explosion de grands artistes qui vendent des tutoriels pour cinq francs. Cela pourrait être une concurrence, mais le contact humain reste irremplaçable. On a vu durant le semi-confinement que la relation humaine manque cruellement dans les cours à distance. Mais cela ne signifie pas qu’il faille y renoncer. Les écoles de musique doivent utiliser ce qu’elles ont appris depuis le printemps pour en faire des outils utiles et pas des gadgets. » C’est d’ailleurs la crise sanitaire qui a incité le CMNV à créer un compte Facebook, pour présenter ses activités, inviter la population à ne pas l’oublier, et faire de la promotion pour les inscriptions et pour ses nouveaux ateliers. La page est également utilisée pour partager des informations sur les actualités des enseignants, qui possèdent généralement par ailleurs un profil Facebook privé. Instagram viendra peut-être plus tard : « les réseaux sociaux sont plus des outils de communication que d’information, ils sont un complément à notre tout nouveau site Internet ».

Ne pas s’éparpiller
A l’Ecole des Technologies Musicales de Genève, Laure Valentini explique qu’elle ne souhaite pas « s’éparpiller dans tous les réseaux existants, mais apporter du contenu différent sur chaque réseau utilisé afin que les gens qui nous suivent ne se lassent pas. » La fréquence de publication est presque quotidienne, sur Facebook, Instagram et YouTube, avec pour but d’annoncer les événements musicaux (soirées, master class, concerts), de partager les projets des élèves et des enseignants, et de mettre en avant tous les cours. L’ETM stimule financièrement certains posts pour attirer une autre cible que ses fans et abonnés actuels. L’école ne considère pas non plus que les tutoriels sur YouTube représentent une menace : « A titre privé, plusieurs de nos professeurs font des tutoriels ou des cours en ligne et cela ne les empêche pas d’avoir beaucoup d’élèves dans notre institution. On peut dire que c’est une bonne publicité », précise Laure Valentini.


Même son de cloche du côté de l’EJMA-Valais – qui est sur Facebook depuis 2009 déjà, comme le précise sa directrice Stéphanie Küffer –, ainsi qu’à l’EJMA de Lausanne : « nous sommes présents sur YouTube, Facebook et Instagram. YouTube nous sert essentiellement à publier les vidéos des prestations de nos élèves. Nous l’utilisons depuis peu afin de retransmettre les concerts de nos élèves en streaming. Nous utilisons Facebook et Instagram afin de diffuser nos actualités, qu’elles soient événementielles ou institutionnelles, ainsi que pour partager les communications de certains de nos partenaires (Fête de la Musique, Jazz Onze+, Luff ou autres). Nous agissons pour le moment de manière relativement pragmatique, mais nous venons d’entreprendre une analyse de fond qui va mener à une optimisation stratégique de notre communication digitale, via l’engagement d’une personne dédiée à cela notamment, et cela à partir du deuxième trimestre 2021 », explique le directeur Julien Feltin.   

Services

Publicité

Association suisse des écoles de musique

Adresse

Secrétariat : Margot Müller et Susanne Weber, Dufourstrasse 11, 4052 Basel
téléphone 061 260 20 70, Fax 061 906 99 01
E-Mail: info@musikschule.ch

CP 40-4505-7

Présidente

Christine Bouvard Marty
téléphone portable 076 336 28 56

Rédaction pages ASEM

Anicia Kohler
téléphone portable  079 756 92 59
E-Mail anicia.kohler@musikschule.ch


Jean-Damien Humair, ch. du Champ Jacquenoux 8, 1063 Chapelle-sur-Moudon
téléphone 079 391 91 28
E-Mail redaction@revuemusicale.ch

Internet
www.verband-musikschulen.ch
www.musikschule.ch
www.ecole-musique.ch
www.scuola-musica.ch

AGENDA

8 - 11 juillet 2021
7e Festival mondial des musiques de jeunes WJMF
Zurich

20 mai 2022
Festival des chœurs
Gossau