Année après année, la Communauté de travail pour la diffusion de la musique suisse (dont fait partie l’ASM) fait paraître un double CD présentant un choix parmi les meilleures œuvres de l’année précédente. 

Une sélection des meilleures œuvres suisses

Laurent Mettraux, 08.12.2014

Année après année, la Communauté de travail pour la diffusion de la musique suisse (dont fait partie l’ASM) fait paraître un double CD présentant un choix parmi les meilleures œuvres de l’année précédente.

La diversité stylistique de la musique contemporaine actuelle est particulièrement présente dans le disque de cette année, même si pour des raisons de durée, il n’est bien sûr pas possible d’englober toutes les esthétiques ou tous les genres – ce n’est d’ailleurs pas le propos de cette sélection. Le texte du livret, rédigé par le coordinateur artistique de l’ASM Johannes Knapp, présente avec finesse chacune des œuvres, leur contexte et leur contenu.

Le premier CD s’ouvre sur une œuvre lumineuse aux idées foisonnantes, unbalanced instability pour violon et orchestre de chambre de Dieter Ammann, réflexion vivifiante sur le genre du concerto. Dans une multiplicité de timbres et de climats, cette pièce procède par association d’idées, nous invitant à la découverte d’un cheminement enchanteur à l’orchestration colorée et luxuriante. Dans ses strane costellazioni (Constellations étranges), Beat Furrer s’est essayé avec une grande maîtrise à l’imbrication de structures contrastées, comme s’il n’y avait plus un seul point de fuite, mais plusieurs, d’où une impression de dilatation du temps, mais aussi de foisonnement que la texture orchestrale très claire accentue. Dans son Pierrot Soldat – Extended Moments I, Roland Moser s’inspire des deux premières secondes du Pierrot lunaire de Schönberg et de l’Histoire du soldat de Stravinski. Peu de matériau, mais d’une richesse telle qu’elle permet de multiples micro-variations où se côtoient l’aphorisme et un usage subtil du silence, de l’agogique et de l’effet de surprise. Tirés du vaste cycle Nachtstundenstücke d’Alfred Zimmerlin, composé de douze parties à effectif variable s’inspirant du périple rituel durant lequel Rê traverse dans le monde souterrain les douze portes correspondant aux douze heures de la nuit, un mouvement pour violoncelle et piano (interprété par le Duo Causa) et un mouvement pour trio avec piano (par le Trio Nota Bene) font alterner moments de calme méditatifs ou inquiétants, passages lyriques ou illustrant le combat de Rê contre les forces du chaos. Le premier disque s’achève sur un compositeur que la nuit a souvent inspiré : Rudolf Kelterborn qui a intitulé sa cinquième symphonie La Notte. Interprétée ici par l’orchestre de la Haute Ecole de Musique de Bâle sous la direction de Christoph-Mathias Mueller, l’œuvre en un seul vaste mouvement évoque une nuit bruissante, tendue, où les moments de calme ne sont qu’apparents et débouchent vite vers une nouvelle éruption, avant que l’œuvre ne se termine sur une marche funèbre progressivement disloquée.

Grammont Sélection 7; Musiques Suisses Grammont CTS-M 142

Description du 2ème CD sur nos pages en allemand

Contenu ASM

Association Suisse des Musiciens

Adresse
11 bis, Avenue du Grammont, 1007 Lausanne

www.asm-stv.ch

info@asm-stv.ch

Tel. 021 614 32 90 (Lu–Ve 9.00–12.00)
Fax 021 614 32 99

Présidente
Käthi Gohl Moser
katharina.gohlmoser@fhnw.ch

Directeur
Johannes Knapp
johannes.knapp@asm-stv.ch

Rédaction
Rédacteur responsable
Laurent Mettraux
laurent.mettraux@bluewin.ch

Collaboration
Thomas Meyer
thomas.meyer16@gmail.com