La saison se termine pour le Chœur Suisse des Jeunes

La saison se termine pour le Chœur Suisse des Jeunes

Thierry Dagon , 11.10.2016

Sous la direction de Nicolas Fink et Philippe Savoy, le Chœur Suisse des Jeunes (CSJ) a chanté son dernier concert de cette année à Fribourg, en l’église du Collège Saint-Michel.

Les jeunes choristes du CSJ entament leur programme avec trois cathédrales de la musique vocale. D’emblée, le Regina Caeli de Victoria, pour double-chœur, donne le frisson par la lisibilité que les chanteurs donnent à l’architecture sonore. Philippe Savoy réussit à imprimer une forte émotion au Psaume 79 de Purcell avant que Nicolas Fink cisèle un Psaume 19 de Schütz dans un style impeccable.

Les dames du chœur nous font voyager dans les paysages debussystes avec les Angélus avant que les messieurs restituent toute la merveilleuse spiritualité si particulière des Quatre petites prières de St François d’Assise de Francis Poulenc. Il ne faut pas avoir froid aux yeux pour s’attaquer à l’Hymne to St Cecilia de Benjamin Britten. L’œuvre est d’une difficulté redoutable, demande une précision de chaque instant. Bien des chœurs s’y sont cassé les dents. Là, de la première note au dernier accord, on est bluffé ! Non seulement la technique d’exécution est merveilleusement soignée, mais chaque choriste sait ce qu’il fait en se donnant à fond dans l’interprétation. Le niveau reste au zénith avec de merveilleux bijoux signés Samuel Barber et Gustav Mahler.

C’est un peu la carte de visite du CSJ : Le chœur n’interprète pas que de la musique dite savante. Il se frotte avec bonheur au répertoire traditionnel helvétique. Le ranzzzzz des vaches de Gonzague Monney en fait partie. Beaucoup d’humour et de savoir-faire dans l’inverno l’è passato. Le chœur nous régale avec La notg ei vargada et Anneli, wo bisch geschter gsy. Le concert se termine officiellement avec Yesterday des Beatles, provoquant un tonnerre d’applaudissements et une standing ovation bien mérités.

> www.usc-scv.ch