Choristes  francophones et germanophones

Choristes francophones et germanophones

29.05.2019

Le programme EchangeChoeurs propose à des chœurs de toute la Suisse de franchir les frontières linguistiques pour colla-borer et se produire ensemble sur scène. Rencontre avec des participants fribourgeois en concert à La Chaux-de-Fonds (NE).

Martine Salomon — Point commun : la passion du chant. Différences : la situation géographique, la langue maternelle et les méthodes de travail. Mission : se découvrir mutuellement et produire des concerts ensemble grâce au programme EchangeChoeurs. De jeunes choristes de tout le pays sont invités à franchir les frontières linguistiques. C’est une façon de cultiver la cohésion nationale. Mais c’est aussi et surtout une volonté d’encourager les chœurs à partager leurs expériences musicales.

C’est ainsi que les chœurs du Collège Sainte-Croix à Fribourg et du Collège du Sud à Bulle (FR) étaient réunis sur la scène de la Salle de Musique de La Chaux-de-Fonds le 7 avril. Le premier est bilingue allemand- français, le second est francophone. Tous ont fait honneur à cette salle réputée. Dirigés par leurs chefs Pascal Mayer et Bernard Maillard, ils ont interprété deux pièces marquantes du répertoire liturgique de Mozart : les Vêpres Solennelles d’un Confesseur et la Messe du Couronnement. Les près de 90 choristes étaient accompagnés par quatre solistes professionnels et l’Orchestre de Chambre Fribourgeois. Leurs voix, par vagues alternées de puissance et de douceur, ont offert un concert riche en reliefs.

En sortant de scène, Myriam et Ornella, du Collège du Sud, racontent avec enthousiasme leur participation à EchangeChoeurs. Malgré la distance modeste entre Bulle et Fribourg, l’échange promettait aux jeunes filles de 17 et 16 ans un petit dépaysement linguistique. « Quand Monsieur Meyer parlait en allemand à l’autre chœur, on était perdus », lâche Myriam. Et les étudiants francophones ne se sont guère aventurés à parler l’allemand.

Travail de haut niveau

Mais à défaut d’étoffer leurs compétences linguistiques, cette expérience a nourri leur bagage musical. « On a pu travailler avec un autre directeur, avec une méthode très différente : ça apporte beaucoup ! », s’exclame Myriam. Comme chaque chœur s’était concentré sur des passages différents, ils ont dû répéter ensemble avec soin. « Et travailler avec des pros, ça force à travailler dur. C’était super ! » Ornella est du même avis. C’était sa première fois avec un orchestre, ce qui l’a amenée à améliorer sa précision. Toutes deux seraient partantes pour un nouvel échange.

Pascal Mayer, chef du chœur du Collège Sainte-Croix, dresse aussi un bilan positif après sa première participation à ce programme. « C’est une initiative magnifique ! Cela permet aux membres des chœurs de voir ce qui se passe ailleurs. » C’est également pour eux une opportunité de se produire dans des lieux de grande qualité. « Chanter à la Salle de Musique, ce n’est pas rien, et les jeunes s’en rendent compte tout de suite. »

Les deux chefs se connaissaient déjà bien, ce qui favorisait d’emblée une coopération fluide. Chaque chœur a d’abord travaillé de son côté, détaille Pascal Mayer. Puis les deux groupes se sont réunis plusieurs fois. Ils ont notamment vécu un week-end de travail très intense – « du chant, du chant, du chant » – ponctué par de bons moments de convivialité autour d’une fondue.

« Il faut se lancer ! »

« Nous, on est déjà un chœur bilingue », note Pascal Mayer. L’échange entre Fribourgeois était surtout une bonne occasion de montrer que ce canton est sensible à la question des langues, estime-t-il. Lui-même pratique déjà la collaboration interlinguistique : « C’est naturel pour moi, qui ai l’habitude de travailler à Zurich, Lucerne… ». « Je ne parle pas très bien l’allemand mais j’aime prendre des risques ! ». Lorsqu’il œuvre Outre-Sarine, il observe parfois des différences culturelles. « Moi, je fais facilement des plaisanteries ici ou là. Certains apprécient mon humour… mais d’autres n’aiment pas mélanger humour et travail », sourit-il. Conseille-t-il à des confrères romands ne parlant pas un mot d’allemand de participer à EchangeChoeurs ? « Oui, il faut se lancer ! »

Pascal Mayer serait ravi de refaire un échange, cette fois avec un chœur plus éloigné en Suisse alémanique - une situation dans laquelle tout devrait forcément être bilingue. Avec un chœur de Sargans (SG) par exemple : c’était un projet qu’il nourrissait il y a des années, et qui avait été remis aux calendes grecques pour raisons financières. C’était avant qu’EchangeChoeurs existe.

Créé en 2017, EchangeChoeurs est encouragé par la Fondation Sophie et Karl Binding, par Movetia (agence nationale de promotion des échanges et de la mobilité), et par l’Association Suisse pour la Promotion des chœurs d’enfants et de jeunes. Ce programme s’adresse autant aux chœurs italophones ou romanches qu’aux germanophones et aux Romands. Il met à disposition une plateforme informatique pour chercher un chœur partenaire. Une fois que deux groupes se sont trouvés, ils préparent ensemble un ou plusieurs concerts, en bénéficiant d’un soutien financier et de conseils d’organisation.

Sommaire Basis

Conseil suisse de la musique

Adresse
Conseil Suisse de la Musique
Haus der Musik
Gönhardweg 32
CH-5000 Aarau

T +41 (0)62 822 94 23
F +41 (0)62 822 94 07
info@musikrat.ch
www.musikrat.ch

Partenaires RMS
www.evta.ch
www.estasuisse.ch
www.ig-akkordeon.ch
www.rhythmik.ch
www.sms-online.org
www.verbandschweizerschulmusik.ch