La Suisse dispose enfin d’un nouveau droit d’auteur

La Suisse dispose enfin d’un nouveau droit d’auteur

30.10.2019

Le 27 septembre 2019, le Conseil national et le Conseil des Etats ont pu approuver en vote final la révision par-tielle de la loi suisse sur le droit d’auteur. Ainsi s’achève un processus qui avait commencé en 2010 par un postulat de Géraldine Savary. Sauf référendum, le Conseil fédéral devra maintenant fixer l’entrée en vigueur de ce droit d’auteur modernisé.

Vincent Salvadé — Ca y est ! La révision du droit d’auteur est sous toit. Les dernières divergences entre le Conseil national et le Conseil des Etats ont pu être éliminées le 16 septembre 2019, si bien que le projet a été adopté en vote final à la fin de la session parlementaire d’automne. C’est ainsi un long processus qui s’achève, de manière satisfaisante pour les auteurs et éditeurs de musique.

Un compromis et d’intenses débats

Un bref retour en arrière : en 2012, la Conseillère fédérale Simonetta Sommaruga constituait l’AGUR12, un groupe de travail chargé de faire des propositions en vue de la révi- sion de la loi sur le droit d’auteur. Représentatif de tous les milieux intéressés (auteurs, utilisateurs d’œuvres, consommateurs, etc.), l’AGUR12 proposait différentes mesures à la fin 2013, comme solution de compromis. Malheureusement, le Conseil fédé- ral s’en écarta dans son avant-projet de 2015.

Vu les nombreuses critiques formulées lors de la procédure de consultation, il fit cependant marche arrière et présenta au parlement, à la fin 2017, un projet entièrement basé sur le compromis de l’AGUR12. A la suite de débats nourris, les Chambres fédérales ont finalement elles aussi choisi de s’en tenir à ce compromis, quitte à remettre à plus tard l’examen de certaines nouvelles questions (comme celle de la protection des éditeurs de presse et des journalistes).

SUISA activement impliquée dans la révision

SUISA a accompagné le processus législatif durant les sept ans qu’il aura duré. Tout d’abord en participant activement aux travaux de l’AGUR12, dans la délégation de Suisseculture. Ensuite, en informant les parlementaires, lors des auditions des commissions, par des lettres, des prises de position ou des argumentaires.

Pour quels résultats finalement ? Globalement, le niveau de protection des droits a été élevé et la loi modernisée, notamment par de nouvelles mesures de lutte contre le piratage ou des améliorations concernant la gestion des droits. On aurait certes pu aller plus loin sur certains points. Mais un compromis reste un compromis…

Après la révision, c’est avant la suivante

Nous aurions cependant tort de baisser la garde. La dernière question discutée au parlement était celle de savoir s’il fallait exonérer les hôtels de leurs obligations vis-à-vis des auteurs, lorsqu’ils offrent la possibilité de regarder la télévision dans les chambres, d’y écouter de la musique ou d’y visionner des films. Le Conseil national a fini par renoncer à cette idée. Mais il a déjà annoncé qu’il reviendrait à la charge via une initiative parlementaire du député Philippe Nantermod. Nous devrons donc veiller à éviter… une révision de la loi révisée au détriment des auteurs et éditeurs ! Tout n’est qu’un éternel recommencement…

> www.suisablog.ch

SUISA

Coopérative des auteurs et éditeurs de musique
Cooperativa degli autori ed editori di music
Genossenschaft der Urheber und Verleger von Musik


Av. du Grammont 11bis, CH-1007 Lausanne,
tél +41 21 614 32 32

Via Soldino 9, CH-6900 Lugano, tel +41 91 950 08 28

Bellariastrasse 82, Postfach, CH-8038 Zürich,
Tel +41 44 485 66 66
 

publicrelations@suisa.ch

www.suisa.ch
www.suisablog.ch