Lors d’engagements de musiciennes et musiciens par un organisateur n’appartenant pas à orchester.ch (ASOP), l’ordre tarifaire USDAM est applicable. Les musiciennes et musiciens ont la possibilité de facturer leurs honoraires par l’intermédiaire des bureaux de placement. 

Ordre tarifaire USDAM

Laurent Mettraux, 26.01.2015

Lors d’engagements de musiciennes et musiciens par un organisateur n’appartenant pas à orchester.ch (ASOP), l’ordre tarifaire USDAM est applicable. Les musiciennes et musiciens ont la possibilité de facturer leurs honoraires par l’intermédiaire des bureaux de placement.

Dans différents secteurs d’activité, il s’est avéré nécessaire de fixer des tarifs minimaux afin d’empêcher une sous-enchère salariale extrêmement néfaste non seulement aux personnes concernées, mais aussi à l’ensemble de la société. Il ne viendrait à l’idée de personne de sous-payer un ingénieur ou un enseignant bénéficiant d’un diplôme d’études supérieures, alors que leur salaire correspond souvent au moins au double de celui de la plupart des musiciens professionnels indépendants. Ces derniers possèdent cependant à la fois des qualités d’artiste et d’artisan de haut niveau, et ont poursuivi une filière d’études de degré universitaire, souvent postgrade. C’est pour cela que les tarifs fixés par l’USDAM représentent le minimum d’une rémunération équitable pour des prestations musicales accomplies dans un orchestre lors d’engagements momentanés. Non seulement la qualité de la vie des musiciens en dépend, mais également les qualités artistiques de l’ensemble ou des projets qui emploient ces artistes.

Il ne faut pas oublier que les musiciens indépendants doivent prendre en charge leur tenue vestimentaire professionnelle ainsi que les assurances et frais d’entretien de leur(s) instrument(s). A ce propos, il faut signaler que la mise à disposition gratuite d’un instrument (au prix d’achat souvent très élevé) s’avère un cas exceptionnel dans le cadre des professions : les ouvriers ou les employés de bureaux, par exemple, n’apportent pas leurs propres outils au travail. En cas de manque d’engagements, l’assurance-chômage n’aide le plus souvent pas les musiciens indépendants, le statut d’intermittent du spectacle n’étant pas reconnu en Suisse. Et pourtant, ils travaillent quotidiennement leur instrument, qu’ils aient ou non une prestation en vue. Par ailleurs, malgré leur expérience orchestrale, ils ne reçoivent pas d’allocation d’ancienneté. De plus, chaque instrumentiste aura travaillé auparavant les partitions qu’il doit jouer, sans que ces heures soient comptées dans la rétribution. En prenant en considération tous ces paramètres, on comprend pourquoi ces tarifs minimaux sont importants et pourquoi cette base devrait être prise en compte par tous les organisateurs de concerts ou de projets.

Pour permettre aux organisateurs de déterminer le coût effectif des musiciens et musiciennes engagés dans un projet en respectant l’ordre tarifaire minimum de l’USDAM, un calculateur de tarif se trouve sur le site internet de l’Union Suisse des Artistes Musiciens. Les musiciens et musiciennes peuvent de leur côté également y évaluer leur cachet minimal.

www.smv.ch/fr/service/tarifs
 

Image
Le musicien indépendant met à disposition ses propres outils de travail et prend en charge sa tenue vestimentaire professionnelle – deux raisons supplémentaires pour qu’il soit correctement rémunéré.

Sommaire Basis

Union Suisse des Artistes Musiciens

Internet
www.usdam.ch

Président Central
Beat Santschi

Renseignements
Secrétariat central USDAM
Barbara Aeschbacher, Secrétaire centrale
Johannes Knapp, Secrétaire syndical
Patricia Bühler, administration
Kasernenstrasse 15, 8004 Zürich
tél: 043/322 05 22
info@smv.ch

Rédaction 
Rédacteur responsable :
Laurent Mettraux
laurent.mettraux@smv.ch
Rédacteur de la partie en allemand :
Johannes Knapp
johannes.knapp@smv.ch