Ce n’est pas rare que les délégués de l’USDAM doivent se réunir dans des villes où couve une crise. Déjà en 2010, l’Union devait déjà tenir son Assemblée des Délégués à Bienne.  

AD 2015 à Bienne

Johannes Knapp, traduction Laurent Mettraux, 21.10.2015

Ce n’est pas rare que les délégués de l’USDAM doivent se réunir dans des villes où couve une crise. Déjà en 2010, l’Union devait déjà tenir son Assemblée des Délégués à Bienne.

Le bilan qui peut être dressé pour la première AD du second siècle d’existence de l’Union est vraiment satisfaisant, constate Beat Santschi dans son discours de bienvenue. La nouvelle CCT de l’Orchestre de Chambre de Genève formait une étape importante (voir l’article de Laurent Mettraux), de même que l’efficace pétition contre la métamorphose de l’Orchestre Symphonique Bienne Soleure en un « orchestre à projets ». Santschi souligna l’importance des innombrables témoignages de solidarité en faveur du TOBS. Il fit remarquer que le nombre des signatures correspond à environ un quart de la population biennoise, dépassant de loin le nombre de bulletins de vote valables lors des dernières élections au Conseil municipal et au Conseil de Ville de Bienne, en 2012.

Malgré tout : « L’épée de Damoclès est toujours suspendue sur cette institution », a mis en garde le président de la section Beda Mast – et cela quand bien même elle se trouverait financièrement « hors de l’eau » depuis sa restructuration il y a trois ans. Peu de semaines avant l’AD du 11 juin, une motion des représentants des partis bourgeois était déposée au Conseil municipal, après que celui-ci aie retiré la proposition d’un orchestre à projets lors de la précédente séance du Conseil de Ville. Cette motion réclamait que le montant de la subvention de la ville de Bienne au TOBS soit raboté de 360'000 CHF au plus tard dès 2018 (un compte-rendu détaillé en a été donné il y a quelques mois). Tout dernièrement, le 24 septembre, cette motion a été acceptée par le Conseil de Ville (voir l'article à ce sujet).

La question de savoir de quoi sera fait l’avenir du TOBS se posait à l’époque comme elle se pose actuellement. Le directeur de la culture Cédric Némitz ne pouvait y répondre le 11 juin, il s’était fait excuser et remplacer par Beat Feurer (UDC), directeur de l'action sociale et de la sécurité. Il a évité toute déclaration au sujet de la proposition d’économie. A la place, il a préféré vanter les charmes de la ville de Bienne. Il a souligné l’offre culturelle riche, parmi laquelle on trouve de nombreuses initiatives culturelles reposant sur le bénévolat. Actualité oblige, il en vint aussi à parler des courses de Bienne, qui ne seraient pas à comprendre comme une pure manifestation sportive, mais comme un événement culturel… Au sujet du TOBS, il fait remarquer qu’il s’agit du plus gros bénéficiaire de subventions de la ville. Cependant, il s’est déclaré touché par le concert symphonique qui eut lieu la veille de l’Assemblée des délégués. Le Double concerto pour 2 orchestres à cordes, timbales et piano de Martinů lui a de temps à autres rappelé la Symphonie du Nouveau Monde de Dvořák.

Et Feurer d’ajouter cyniquement : « Nous devrions donner plus souvent lieu à des discussions, et ainsi nous vous aurions plus souvent ici ». Le conférencier suivant, Daniel Lampart de l’Union Syndicale Suisse, critiqua sévèrement la tendance actuelle des prévisions financières falsifiées : l’endettement de la Suisse se monterait à 50% du produit intérieur brut, mais cependant la valeur des actifs des communes n’a pas été prise en compte dans ce chiffre. La situation a été un peu partout « présentée systématiquement de manière négative ». Il y a heureusement des cantons qui connaissent un tournant. Ce moment n’a cependant pas encore eu lieu à Bienne.

Ce fut ensuite au tour de Teres Liechti de s’exprimer. En tant que présidente des amis et bienfaiteurs du SOBS, elle remercia pour le soutien extraordinaire dans la résistance contre la destruction de l’orchestre biennois. Certes, la culture ne peut constituer un tabou absolu dans les débats sur des mesures d’austérité, mais lorsque la question est débattue, que cela soit alors avec des chiffres corrects ! Il convient aussi que soit d’abord une fois montré ce qu’« apporte » la culture. Ensuite seulement se poserait la question de savoir ce qu’elle coûte.

La partie statutaire de l’Assemblée des délégués commença avec l’approbation, chaque fois à l’unanimité, du procès-verbal de l’AD 2014 à Bâle, de l’adoption des rapports d’activités, des rapports comptables (caisse centrale, fonds de solidarité, caisse de décès) et du budget. Le rapport de la commission de gestion fut adopté avec une abstention, et la décharge accordée, à nouveau à l’unanimité, au Comité central ainsi qu’à la Secrétaire générale.

Après le compte-rendu de la conférence des présidents qui s’était tenue auparavant à Berne (voir le point 9 dans le procès-verbal sur le site de l’USDAM), différentes questions s’élevèrent des rangs des délégués, en particulier la remarque importante d’un musicien de l’orchestre de Saint-Gall au sujet de l’accord de libre-échange entre l’UE et les USA et le Canada. Beat Santschi esquissa les dangers qui menacent les institutions culturelles avec cet accord négocié en secret. Les notes d’une conférence qui s’est tenue à Berne le 9 septembre dans le cadre d’un congrès (« TISA – braderie mondiale du service public ») se trouvent sur le site internet de l’USDAM

Pour finir, on prit congé de Corinne Meier. Une ovation a salué le travail qu’elle a réalisé ces dernières années au sein de l’USDAM. L’assemblée a souhaité la bienvenue à Sophie Spillmann qui lui succède en tant qu’assistante au secrétariat central.

Sommaire Basis

Union Suisse des Artistes Musiciens

Internet
www.usdam.ch

Président Central
Beat Santschi

Renseignements
Secrétariat central USDAM
Barbara Aeschbacher, Secrétaire centrale
Johannes Knapp, Secrétaire syndical
Patricia Bühler, administration
Kasernenstrasse 15, 8004 Zürich
tél: 043/322 05 22
info@smv.ch

Rédaction 
Rédacteur responsable :
Laurent Mettraux
laurent.mettraux@smv.ch
Rédacteur de la partie en allemand :
Johannes Knapp
johannes.knapp@smv.ch