Deux pétitions en ligne : pour sauver l’Orchestre de l’Opéra des Flandres et campagne Fair internet for performers 
Pétitions en ligne

Pétitions en ligne

Johannes Knapp, arrangé par Laurent Mettraux , 28.04.2016

Deux pétitions en ligne : pour sauver l’Orchestre de l’Opéra des Flandres et campagne Fair internet for performers

Quand bien même l’efficacité des pétitions en ligne est quelquefois contestée, celles-ci présentent toutefois l’avantage d’être simples à diffuser et rapides à signer.

Elles peuvent même susciter de temps à autre des miracles dans le domaine culturel. Lors de décisions politiques discutables, de telles pétitions ont pu ouvrir la voie à de subites volte-face. Ce n’est toujours qu’après coup qu’on peut mesurer ce que peut apporter une pareille campagne – en tout cas, qui n’essaie rien, n’obtient rien ! En ce sens, nous ne pouvons que vous inciter à signer deux pétitions, car nous sommes convaincus qu’il n’est pas vain de s’impliquer pour contrer le démantèlement culturel, aussi modeste l’engagement puisse-t-il être. Des pétitions en ligne ne sont peut-être pas toujours le meilleur moyen, mais par contre le cynisme ou l’indifférence s’avèrent définitivement de mauvaises réponses.
La première pétition a été lancée sur la toile le 5 avril et concerne le sauvetage de l’Orchestre de l’Opéra des Flandres, menacé de dissolution. Le texte de la pétition nous apprend qu’il s’agit « simplement de la conséquence de machinations politiques ». Ce qui suscite tout particulièrement l’indignation est le rapport du consultant en management Koen Vandyck, recommandant l’absorption de l’Orchestre de l’Opéra des Flandres par l’Orchestre Philharmonique Royal d’Anvers (deFilharmonie). Cette analyse avait été commandée par le ministre de la culture belge, le libéral-conservateur Sven Gatz.
L’appel lancé par cette pétition nous rappelle de bien mauvais souvenirs : « La fusion de deux grands orchestres conduirait non seulement à la disparition définitive de nombreux emplois du secteur musical, mais également à un appauvrissement de la vie culturelle flamande et aurait un impact négatif sur l’économie locale. » Si ce message vous préoccupe vous aussi, ne manquez pas de signer cette pétition, si possible dès à présent !

http://www.petitions24.net/urgent_sauvons_lorchestre_de_lopera_de_flandre

La deuxième pétition que nous avons à cœur de vous faire connaître a été lancée en automne 2015 par EAPO-ARTIS, EuroFIA, la FIM et IAO, sous le titre « Internet équitable pour les artistes interprètes » (Fair internet for performers). Elle exige l’introduction d’une nouvelle disposition dans le droit européen, apportant une base juridique à une juste rémunération des artistes interprètes lorsque leurs prestations sont rendues accessibles par exemple par le biais de films à la demande, de streaming interactif ou de téléchargement. Certes, les interprètes ont jusqu’à présent le droit exclusif d’approuver ou de refuser la mise à disposition de leurs prestations sur internet, mais il n’est de loin pas garanti qu’ils obtiennent également une quelconque part des revenus de leur utilisation en ligne.
Selon cette proposition, la rémunération devrait être collectée auprès des utilisateurs et gérée par les sociétés de gestion des droits voisins. Derrière cette proposition de supprimer cette lacune juridique se trouve l’espoir de présenter l’offre culturelle légale sur internet de manière plus attractive par rapport à l’offre illégale, et de lui accorder une sorte de label de commerce équitable. Car les utilisateurs devraient ainsi savoir que leurs dépenses ne rempliraient pas uniquement les poches de grandes entreprises, mais profiteraient également aux interprètes. Enfin, sans eux, l’offre variée en matière culturelle et de divertissements n’existerait pas sur internet ! Contribuez à donner plus de poids à cette initiative lancée au niveau européen en ajoutant votre signature !

https://www.change.org/p/european-parliament-give-performer-their-fair-share

 

Sommaire Basis

Union Suisse des Artistes Musiciens

Internet
www.usdam.ch

Président Central
Beat Santschi

Renseignements
Secrétariat central USDAM
Barbara Aeschbacher, Secrétaire centrale
Johannes Knapp, Secrétaire syndical
Patricia Bühler, administration
Kasernenstrasse 15, 8004 Zürich
tél: 043/322 05 22
info@smv.ch

Rédaction 
Rédacteur responsable :
Laurent Mettraux
laurent.mettraux@smv.ch
Rédacteur de la partie en allemand :
Johannes Knapp
johannes.knapp@smv.ch