Camerata Bern : Plaisirs illuminés 
L’ascension de la « Grosse Nachtmusik »

L’ascension de la « Grosse Nachtmusik »

Michael Murray-Robertson, 27.10.2021

Le CD « Plaisirs illuminés » de la Camerata Bern offres des œuvres de Veress, Ginastera, Coll, Kurtág, Bartók et Ligeti.

Miroir de l’audace pétillante de la violoniste moldave – actrice à ses heures ! –, l’image des douze musiciens de la Camerata Bern de nuit, brandissant des feux d’artifice, annonce une palette de sonorités insoupçonnées ! Dans ce CD kaléidoscopique, celles-ci naissent de sons presque inaudibles, qui font tendre l’oreille aux lointaines harmonies parfois discordantes, semblables à la Vox humana de l’orgue, pour culminer vers des attaques ultra-agressives à couper le souffle. Patricia Kopatchinskaja rend hommage à la virtuosité, à l’imagination et à la persévérance de son équipe, qualités comparables, selon elle, à celles requises pour l’ascension de l’Everest et essentielles pour réussir dans Veress, Ginastera et Coll ! Panachés entre ces compositeurs, les mouvements de Kurtág, Bartók et Ligeti sont bienvenus comme respiration…

Venons-en à Sándor Veress. En 1965/1966, connaissant chaque membre de la toute jeune Camerata Bern, le compositeur leur lance de grands défis dans ses cadences sans compromis ; il dédie sa Musica concertante pour douze cordes à l’ensemble, récemment fondé. Votre scribe se souvient des premiers enregistrements pour la Radio de Brême ! En février 1993, un beau CD – dirigé par Heinz Holliger – est réalisé à La Chaux-de-Fonds pour ECM. Mais sans chef d’orchestre, sous l’impulsion de Kopatchinskaja, notre chef-d’œuvre retrouve son étonnante impétuosité ! Dans le premier mouvement, un va-et-vient de vagues nous emporte dans dix minutes d’échanges entre soli et tutti. L’apaisante Méditation, d’une tendresse bien hongroise, nous caresse de ses rubati, mais ne cache ni l’anxiété sous-jacente menaçant l’immense crescendo à l’horizon, ni le touchant morendo qui suit. Le dernier mouvement est ponctué par une explosion de polyrythmie – à peine jouable sans direction, mais très réussie!

Alberto Ginastera a arrangé son deuxième quatuor (1956) pour orchestre à cordes en 1968. En ouverture, dans les Variations per i solisti, le solo de Kopatchinskaja est captivant, baigné d’un doux flautando, qui nous porte inlassablement et agilement vers des aigus percutants. Quant aux cadences du violoncelle, de l’alto et de la contrebasse (cette dernière ajoutée pour cette version), elles magnifient la virtuosité des interprètes. Le Scherzo fantastico, de son côté, s’envole avec la légèreté des papillons de nuit, dans une délicatesse et une précision emblématiques de la rigueur d’écoute des musiciens. Mais c’est l’intensité de l’Adagio angoscioso qui nous fait vivre les moments les plus profonds : rêve et réalité se confondent dans de longs silences osés. Jusqu’au brutal réveil folklorique du Finale furioso !

Composés pour Patricia Kopachinskaja, Sol Gabetta et la Camerata Bern, Les Plaisirs illuminés de Francisco Coll – peintre à ses heures inspiré par Salvador Dalí – nous précipitent dans les méandres de son univers imaginaire, tantôt agressivement giclés, étirés ou, dans Wiegenlied, extraits du temps et précipités au fond de l’océan, tantôt joueurs, déjantés dans le flamenco du Scherzo fantastico ou secrètement souffrants dans le Lamento - Epilog. Si l’enregistrement capte la beauté du son du violon et du violoncelle, il met en évidence une certaine dureté acoustique, qui illumine … les plaisirs !

Enfin, quelle idée originale de laisser le dernier mot aux chants d’oiseaux, improvisés brillamment sur les quarante-huit cordes de la Camerata, qui s’effacent peu à peu dans le sommeil profond de la nuit tombante…
 

Image

Plaisirs illuminés : Veress, Ginastera, Coll.
Patricia Kopatchinskaja, violon, direction ; Sol Gabetta, violoncelle ; Francisco Coll, direction (Doppelkonzert) ; Camerata Bern. Alpha Classics 580


Kommentare

* Required fields

Neuen Kommentar hinzufügen
Ihr Beitrag wird nach redaktioneller Prüfung veröffentlicht.

Agenda des concerts

décembre 2021

  • Jeu. 09.12.
    «Struwwelpeter – eine Weihnachtsrevue» – Kammerorchester Basel
    Lieu:
    Don Bosco Basel
    Heure:
    18.00
  • Sam. 11.12.
    «Struwwelpeter – eine Weihnachtsrevue» – Kammerorchester Basel
    Lieu:
    Don Bosco Basel
    Heure:
    11.00
  • Sam. 11.12.
    Dominik Blum spielt Soloklavierwerke von Anna Bon di Venezia, Katharina Weber, Fanny Hensel
    Lieu:
    Bern, Konservatorium, Warlomont Anger Saal
    Heure:
    11.00
  • Sam. 11.12.
    «Struwwelpeter – eine Weihnachtsrevue» – Kammerorchester Basel
    Lieu:
    Don Bosco Basel
    Heure:
    14.00
  • Sam. 11.12.
    Winterkonzert Blasorchester Siebnen
    Lieu:
    Tischmacherhof, Galgenen SZ
    Heure:
    20.00
  • Sam. 11.12.
    Inner Voices: Zurich – New York
    Lieu:
    Zürich, Musikklub Mehrspur
    Heure:
    20.30
  • Dim. 12.12.
    Winterkonzert Blasorchester Siebnen
    Lieu:
    Tischmacherhof, Galgenen SZ
    Heure:
    17.00
  • Dim. 12.12.
    Barockkonzert
    Lieu:
    Oekumenisches Zentrum Kehrsatz
    Heure:
    18.00
  • Lun. 13.12.
    Dominik Blum spielt Soloklavierwerke von Anna Bon di Venezia, Katharina Weber, Fanny Hensel
    Lieu:
    Zürich, Kulturhaus Helferei
    Heure:
    19.30

décembre 2021

  • Dim. 12.12.
    Glenn Miller Orchestra - Swinging Christmas
    Lieu:
    KKL Luzern
    Heure:
    17.00