Editorial

05.03.2013

RMS 03/2013

Dans l’air du temps

Les fleurs éclosent et les oiseaux chantent; le voilà de retour, le printemps, et nous ne pouvons pas nous empêcher de consacrer notre numéro de mars à un sujet léger et frais: l’air. Mais nous quitterons rapidement le côté poétique de la situation. L’air, c’est aussi le souffle, la respiration, l’atmosphère qui entoure le globe terrestre, la brise qui bouscule, qui balaie sur son passage, synonyme de changement et de liberté. L’air, c’est ce qui permet la vie, mais c’est aussi un élément très banal.

Nous sommes curieux quand quelque chose est dans l’air, déçus quand nos espoirs sont emportés par le vent. L’air frais apporte de nouvelles idées, mais nous n’apprécions pas ceux qui brassent de l’air. Les notes de Schönberg, inspirées par les vers de Stefan George «ich fühle luft von anderem planeten» (je sens l’air d’une autre planète), sont une cacophonie pour certains (cf. RMS 2/2013, p. 10), et ouvrent la porte d’un nouveau monde pour d’autres, comme nous pouvons le lire dans ce numéro.

L’air est un thème ambivalent et inépuisable, impossible à circonscrire dans les treize pages que nous lui consacrons. Nous nous intéresserons donc surtout à ce qui concerne les musiciens et musiciennes au quotidien. Nous parlerons de l’orgue, pas pour comprendre comment le roi des instruments fait passer l’air dans ses tuyaux, mais pour faire le point sur les difficultés qu’il rencontre aujourd’hui et pour imaginer son futur. Nous nous demanderons avec l’exemple du Tessin pourquoi les fanfares peinent à recruter des souffleurs. Nous parlerons de pneumaphonie, une technique vocale peu connue en Suisse, et nous donnerons enfin la parole au phoniatre Joseph Sopko, au sujet des interactions entre l’air, la respiration et la voix.

Une question importante, même si elle n’est pas traitée dans nos pages Focus, est de savoir si le vent va tourner une fois que les requêtes formulées dans l’initiative sur la musique seront transformées en loi. Une table ronde a été organisée à ce sujet à Bâle à la fin février. Son compte-rendu est disponible ici (en allemand).

Katrin Spelinova

Rédactrice en chef


Kommentare

* Required fields

Neuen Kommentar hinzufügen
Ihr Beitrag wird nach redaktioneller Prüfung veröffentlicht.

Archives imprimées

Les articles parus dans la Revue Musicale Suisse depuis son premier numéro de janvier 1998 sont disponibles dans nos archives.

Passer une annonce dans la RMS

 La Revue Musicale Suisse offre de nombreuses possibilités d'annonces et de publicité.
Pour plus de détails: passer une annonce.

S'abonner à la RMS

L'édition imprimée de la Revue Musicale Suisse paraît neuf fois par année (numéros doubles janvier/février, juillet/août, septembre/octobre). Vous pouvez vous y abonner.

L'histoire de la Revue Musicale Suisse en quelques mots

La RMS est née de la fusion de six journaux en 1998

En Suisse, les premières revues musicales apparaissent au 19e siècle. Elles sont généralement liées à la vie des chorales, et ce longtemps encore durant le siècle suivant. Plusieurs d'entre elles se sont séparées ensuite en plusieurs périodiques, mais en 1998, six associations musicales dotées chacune d'un organe officiel se sont réunies pour fonder la Revue Musicale Suisse. Aujourd'hui, la Revue regroupe 14 associations et organisations musicales.

En janvier 2013, la Revue Musicale Suisse a mené à bien une démarche de réflexion et de transformation qui l'a conduite à redéfinir son contenu ainsi que la présentation de son édition imprimée et de son site Internet.

Nous remercions la Fondation SuisaPro Helvetia, Société Suisse des Artistes Interprètes et Stiftung Phonoproduzierende pour leur soutien dans cette opération.

Le 28 novembre 2014, lors d’une assemblée extraordinaire des délégués, l’Association Revue Musicale Suisse a décidé de confier à la NZZ Fachmedien AG l’édition de la Revue Musicale Suisse et elle a décidé la liquidation de l’association. Plus d'infos.