Partie prenante d’un magnifique résultat

Partie prenante d’un magnifique résultat

Michael Kühn, 04.04.2013

Cachés dans leur fosse, les musiciens d'opéra sont-ils des musiciens de seconde zone? Avec un chef intelligent et quelques années d'expérience, on peut toutefois y trouver son bonheur, comme nous le verrons dans un exemple concret.

Ma première impression en entrant dans une fosse d’orchestre a été: «quel beau théâtre!» Les musiciens prenaient place pour la répétition quand l’un d’eux évoqua les problèmes acoustiques du lieu: il n’allait pas être facile de jouer dans cet endroit. Nous, les nouveaux musiciens engagés, étions persuadés qu’il s’agirait d’un passage temporaire. Nous avions appris notre instrument dans l’espoir de jouer sur scène, face à un public enthousiaste.
Le travail dans la fosse n’était pas facile. Certaines œuvres étaient jouées sans répétition. La plupart des chefs étaient certes tolérants et ne faisaient pas de cas de nos erreurs. Le plus important pour eux était d’avoir un contact avec la scène et de bien accompagner les chanteurs.

La première fois que j’ai eu l’impression de jouer un rôle important dans le spectacle a eu lieu à Zurich, avec Nikolaus Harnoncourt. Le jeu dans la fosse était pour lui aussi important que sur scène, il nous expliquait pourquoi le compositeur avait choisi telle ou telle technique, comment Mozart avait suivi la trame dramatique d’Idomenée dans ses moindres détails. Certains musiciens trouvaient pour la première fois un sens à ce qu’ils faisaient.
D’autres chefs, Ferdinand Leitner et Nello Santi notamment, passaient également beaucoup de temps à donner des explications à l’orchestre, mais le considéraient comme une seule entité, là où Harnoncourt tenait compte de chaque individu.

Jean-Pierre Ponnelle, le metteur en scène d’Idoménée, était aussi très apprécié de l’orchestre. Dans cette création, les musiciens se sentaient concernés par le spectacle joué sur scène.
Ce n’est malheureusement pas toujours le cas. Parfois, la scène et l’orchestre sont totalement séparés. Le chef ne se prive pas de critiquer la mise en scène et les musiciens se contentent de jouer leur partie.

Avec l’habitude, le musicien d’opéra apprend à relativiser le complexe de jouer dans l’ombre. Peu à peu, il se rend compte que s’il n’est pas plus important que d’autres, il est tout de même partie prenante d’un magnifique résultat.

Résumé et traduction: Jean-Damien Humair


Kommentare

* Required fields

Neuen Kommentar hinzufügen
Ihr Beitrag wird nach redaktioneller Prüfung veröffentlicht.

Archives imprimées

Les articles parus dans la Revue Musicale Suisse depuis son premier numéro de janvier 1998 sont disponibles dans nos archives.

Passer une annonce dans la RMS

 La Revue Musicale Suisse offre de nombreuses possibilités d'annonces et de publicité.
Pour plus de détails: passer une annonce.

S'abonner à la RMS

L'édition imprimée de la Revue Musicale Suisse paraît neuf fois par année (numéros doubles janvier/février, juillet/août, septembre/octobre). Vous pouvez vous y abonner.

L'histoire de la Revue Musicale Suisse en quelques mots

La RMS est née de la fusion de six journaux en 1998

En Suisse, les premières revues musicales apparaissent au 19e siècle. Elles sont généralement liées à la vie des chorales, et ce longtemps encore durant le siècle suivant. Plusieurs d'entre elles se sont séparées ensuite en plusieurs périodiques, mais en 1998, six associations musicales dotées chacune d'un organe officiel se sont réunies pour fonder la Revue Musicale Suisse. Aujourd'hui, la Revue regroupe 14 associations et organisations musicales.

En janvier 2013, la Revue Musicale Suisse a mené à bien une démarche de réflexion et de transformation qui l'a conduite à redéfinir son contenu ainsi que la présentation de son édition imprimée et de son site Internet.

Nous remercions la Fondation SuisaPro Helvetia, Société Suisse des Artistes Interprètes et Stiftung Phonoproduzierende pour leur soutien dans cette opération.

Le 28 novembre 2014, lors d’une assemblée extraordinaire des délégués, l’Association Revue Musicale Suisse a décidé de confier à la NZZ Fachmedien AG l’édition de la Revue Musicale Suisse et elle a décidé la liquidation de l’association. Plus d'infos.