La musique se met en scène elle-même

La musique se met en scène elle-même

Thomas Meyer, 04.04.2013

La musique ne fait pas que produire des sons. Elle suscite en nous des images, qui défilent comme un film dans notre imagination. Les sons sont des acteurs, des acteurs qui nous laissent libres, qui n'imposent pas leur programme. Laissons-nous donc emporter.

«… Et là c’est l’apothéose, quand la grosse caisse entre en jeu: la reine apparaît!» C’est par ces mots qu’une compositrice me décrivait son œuvre, avec une image qui me semblait évidente, bien que nous l’écoutions sur bande. La musique fonctionne souvent comme une mise en scène de théâtre.

L’exemple le plus frappant est le concerto pour instrument solo: l’orchestre expose les thèmes, puis le soliste arrive (souvent sous les applaudissements du public) et se met à parler comme un acteur, soit en développant le thème de l’orchestre, soit — comme c’est le cas dans le Concerto en ré mineur de Mozart — en tenant son propre discours. Quand le piano apparaît dans le Concerto n° 5 de Beethoven, il me fait immédiatement penser au premier monologue de Richard III de Shakespeare. L’alternance de solo et tutti est aussi éminemment théâtrale.

Mais pourtant, qu’est-ce que cela nous apporte d’imaginer des images sur la musique? Est-ce que cela nous permet de mieux la comprendre? La musique abstraite, absolue, reste encore et toujours tabou.

Mais ces images, subjectives, que nous nous créons sont aussi un moyen éprouvé de comprendre une musique. Laissons donc la musique peindre les images qu’elle veut.

Résumé et traduction: Jean-Damien Humair


Kommentare

* Required fields

Neuen Kommentar hinzufügen
Ihr Beitrag wird nach redaktioneller Prüfung veröffentlicht.

Archives imprimées

Les articles parus dans la Revue Musicale Suisse depuis son premier numéro de janvier 1998 sont disponibles dans nos archives.

Passer une annonce dans la RMS

 La Revue Musicale Suisse offre de nombreuses possibilités d'annonces et de publicité.
Pour plus de détails: passer une annonce.

S'abonner à la RMS

L'édition imprimée de la Revue Musicale Suisse paraît neuf fois par année (numéros doubles janvier/février, juillet/août, septembre/octobre). Vous pouvez vous y abonner.

L'histoire de la Revue Musicale Suisse en quelques mots

La RMS est née de la fusion de six journaux en 1998

En Suisse, les premières revues musicales apparaissent au 19e siècle. Elles sont généralement liées à la vie des chorales, et ce longtemps encore durant le siècle suivant. Plusieurs d'entre elles se sont séparées ensuite en plusieurs périodiques, mais en 1998, six associations musicales dotées chacune d'un organe officiel se sont réunies pour fonder la Revue Musicale Suisse. Aujourd'hui, la Revue regroupe 14 associations et organisations musicales.

En janvier 2013, la Revue Musicale Suisse a mené à bien une démarche de réflexion et de transformation qui l'a conduite à redéfinir son contenu ainsi que la présentation de son édition imprimée et de son site Internet.

Nous remercions la Fondation SuisaPro Helvetia, Société Suisse des Artistes Interprètes et Stiftung Phonoproduzierende pour leur soutien dans cette opération.

Le 28 novembre 2014, lors d’une assemblée extraordinaire des délégués, l’Association Revue Musicale Suisse a décidé de confier à la NZZ Fachmedien AG l’édition de la Revue Musicale Suisse et elle a décidé la liquidation de l’association. Plus d'infos.