Editorial

04.07.2013

RMS 7/2013

Bougeotte et voyagite

Le premier article de ce numéro parle d’un voyage dans les années 1700. Comme j’aurais voulu en être! Je m’imagine avec délice en train de naviguer sur le Main et le Rhin avec la suite du Prince-évêque de Würzburg, et d’admirer sur le bateau les répétitions des musiciens que ce seigneur avait fait venir d’Italie. Bien sûr, le fleuve serait paisible, l’air juste tiède sous un soleil étincelant.

Mais ça ne s’est peut-être pas toujours passé comme ça. Même dans ce paysage idyllique, il devait y avoir de temps en temps des orages, du bois de flottage ou des rapides qui pouvaient endommager le bateau, des essaims de moustiques véhiculant même dans nos contrées toutes sortes de maladies qui devaient rendre la musique discordante. L’aventure devait être bien… aventureuse.

A la fin du 19e siècle, les ouvriers qui ont percé le tunnel du Gothard ont eux aussi affronté des dangers. Du côté tessinois, il s’agissait principalement d’immigrés du Nord de l’Italie qui, mis à part les chutes de pierres, les infiltrations d’eau et les coups de grisou, devaient aussi endurer le mal du pays et l’ennui lorsqu’ils étaient au repos. Ils se sont réconfortés en créant une fanfare. Ils ont certainement commencé par jouer des morceaux de leur pays d’origine, qui peu à peu est devenu le répertoire d’Airolo. La musique va et vient, se mélange, reste toujours en mouvement: en transit! En Suisse, on en sait quelque chose. Gilles Gfeller aborde ce même sujet. Cent ans après la construction du tunnel du Gothard, il a entrepris plusieurs longs voyages pour assimiler les rythmes africains et cubains qui aujourd’hui donnent vie à ses cours de percussion.

Voyager, c’est découvrir, explorer, s’enrichir. D’ailleurs, l’expression «faire du chemin» signifie «faire des progrès». Aujourd’hui, nous voyageons si vite et de manière si confortable que nous n’en tirons plus d’expérience. Prenons le temps de voyager lentement ou (cela sonne mieux) laissons-nous flâner, faisons place à l’imprévisible. Suivons simplement notre chemin!

Cordialement
Pia Schwab


Kommentare

* Required fields

Neuen Kommentar hinzufügen
Ihr Beitrag wird nach redaktioneller Prüfung veröffentlicht.

Archives imprimées

Les articles parus dans la Revue Musicale Suisse depuis son premier numéro de janvier 1998 sont disponibles dans nos archives.

Passer une annonce dans la RMS

 La Revue Musicale Suisse offre de nombreuses possibilités d'annonces et de publicité.
Pour plus de détails: passer une annonce.

S'abonner à la RMS

L'édition imprimée de la Revue Musicale Suisse paraît neuf fois par année (numéros doubles janvier/février, juillet/août, septembre/octobre). Vous pouvez vous y abonner.

L'histoire de la Revue Musicale Suisse en quelques mots

La RMS est née de la fusion de six journaux en 1998

En Suisse, les premières revues musicales apparaissent au 19e siècle. Elles sont généralement liées à la vie des chorales, et ce longtemps encore durant le siècle suivant. Plusieurs d'entre elles se sont séparées ensuite en plusieurs périodiques, mais en 1998, six associations musicales dotées chacune d'un organe officiel se sont réunies pour fonder la Revue Musicale Suisse. Aujourd'hui, la Revue regroupe 14 associations et organisations musicales.

En janvier 2013, la Revue Musicale Suisse a mené à bien une démarche de réflexion et de transformation qui l'a conduite à redéfinir son contenu ainsi que la présentation de son édition imprimée et de son site Internet.

Nous remercions la Fondation SuisaPro Helvetia, Société Suisse des Artistes Interprètes et Stiftung Phonoproduzierende pour leur soutien dans cette opération.

Le 28 novembre 2014, lors d’une assemblée extraordinaire des délégués, l’Association Revue Musicale Suisse a décidé de confier à la NZZ Fachmedien AG l’édition de la Revue Musicale Suisse et elle a décidé la liquidation de l’association. Plus d'infos.