Editorial

04.09.2013

RMS 9/2013

Tous les chemins mènent à Rome

Salvatore Sciarrino disait récemment lors d'une interview pour la Neue Zürcher Zeitung qu’il n’avait jamais suivi une carrière «officielle», qu’il n’avait pas «fréquenté le conservatoire avant de jouer au Festival de Salzbourg».

Quand je rencontre le mot «carrière», je pense a priori à une ligne droite allant droit au but, dès le départ. Les dictionnaires confirment cette interprétation: étymologiquement, la carrière est le lieu où l’on faisait courir les chevaux. Quand on parle de «faire carrière», on imagine «foncer en avant», au galop. On sait toutefois qu’en cours de route, il peut y avoir des embûches, qu’un parcours n’est jamais vraiment une ligne droite. Certains passent même parfois quelque temps dans un labyrinthe avant de retrouver le chemin qui les conduit au but. Et d’ailleurs, vers quel but? Certains changent volontairement de direction pour se diriger vers une autre destination.

En fouillant un peu plus loin dans l’étymologie, on rencontre dans l’Etymologiches Wörterbuch de Friedrich Kluge le terme italien de «carriera», qui signifie route, provenant lui-même du latin «carrus», voiture. Je m’imagine un véhicule du temps des Romains, tiré soit par des chevaux en feu, soit par un âne têtu, cahotant sur une route pavée. Ma pensée s’éloigne des questions de tempo et de linéarité pour rejoindre l’autre sens, en français, du terme «carrière»: le lieu où l’on récolte des pierres. Et cela me rappelle le dur labeur qui doit être fourni pour arracher les pierres de la falaise, les tailler et en réunir suffisamment pour paver une place entière, pour créer une mosaïque ou, plus rarement comme Sciarrino, pour en tirer une œuvre d’art unique.

L’esprit peut vagabonder longtemps autour du terme de carrière. Et les carrières que nous menons sont bien plus variées encore. Ce numéro tente d’en suggérer quelques-unes.

Cordialement.

Katrin Spelinova


Kommentare

* Required fields

Neuen Kommentar hinzufügen
Ihr Beitrag wird nach redaktioneller Prüfung veröffentlicht.

Archives imprimées

Les articles parus dans la Revue Musicale Suisse depuis son premier numéro de janvier 1998 sont disponibles dans nos archives.

Passer une annonce dans la RMS

 La Revue Musicale Suisse offre de nombreuses possibilités d'annonces et de publicité.
Pour plus de détails: passer une annonce.

S'abonner à la RMS

L'édition imprimée de la Revue Musicale Suisse paraît neuf fois par année (numéros doubles janvier/février, juillet/août, septembre/octobre). Vous pouvez vous y abonner.

L'histoire de la Revue Musicale Suisse en quelques mots

La RMS est née de la fusion de six journaux en 1998

En Suisse, les premières revues musicales apparaissent au 19e siècle. Elles sont généralement liées à la vie des chorales, et ce longtemps encore durant le siècle suivant. Plusieurs d'entre elles se sont séparées ensuite en plusieurs périodiques, mais en 1998, six associations musicales dotées chacune d'un organe officiel se sont réunies pour fonder la Revue Musicale Suisse. Aujourd'hui, la Revue regroupe 14 associations et organisations musicales.

En janvier 2013, la Revue Musicale Suisse a mené à bien une démarche de réflexion et de transformation qui l'a conduite à redéfinir son contenu ainsi que la présentation de son édition imprimée et de son site Internet.

Nous remercions la Fondation SuisaPro Helvetia, Société Suisse des Artistes Interprètes et Stiftung Phonoproduzierende pour leur soutien dans cette opération.

Le 28 novembre 2014, lors d’une assemblée extraordinaire des délégués, l’Association Revue Musicale Suisse a décidé de confier à la NZZ Fachmedien AG l’édition de la Revue Musicale Suisse et elle a décidé la liquidation de l’association. Plus d'infos.