Editorial

06.11.2013

RMS 11/2013

L’inutile travail de nuit

«Ceux qui donnent perdent, ceux qui reçoivent appauvrissent, et cela fait vivre les intermédiaires.» La citation est de Karl Kraus (Nestroy und die Nachwelt, in: Die Fackel, n° 349/350, Vienne, 13 mai 1912). Plus de cent ans après, cette phrase réapparaît dans le feuilleton des journaux allemands, par exemple le 17 octobre dernier dans die Zeit, au travers d’un article signé de Maximilian Probst et Kilian Trotier intitulé Le réseau étouffe l’idéalisme. Dans les grandes lignes, l’article conclut que les multinationales de la Silicon-Valley détournent les possibilités techniques d’Internet pour exploiter à leur compte la richesse des autres. En point de mire: des sites d’échanges qui rapportent aujourd’hui beaucoup d’argent à des entreprises, là où il n’y avait rien à gagner jusqu’ici. — Soit, mais alors? Les temps changent, pourquoi vouloir s’y opposer? Notre société de services est ainsi faite.

La citation de Kraus n’a pas de lien direct avec le sujet de notre numéro: «musique de nuit». Pourtant, on peut y voir un lien indirect. Elle stigmatise la perte de la mise en valeur du travail lui-même, un problème qui sévit depuis longtemps dans le monde entier, et qui touche de plus en plus le domaine musical en rendant naturelles la copie et la consommation gratuites de contenus artistiques, en offrant aux musiciens indépendants des conditions de travail de plus en plus difficiles, et en conduisant à la faillite d’institutions entières. D’innombrables nuits sans sommeil pour un peu de pain et de potage? — Et alors? Offrir fait toujours plaisir!

Il ne faut pas oublier toutefois que dans la situation triangulaire de la phrase de Kraus, celui qui reçoit est celui qui appauvrit parce que naïvement, en croyant faire de bonnes affaires, il ne rend pas honneur au travail de celui qui donne. Et est-ce que l’intermédiaire, au final, est bien celui qui rit le dernier?

Cordialement

Katrin Spelinova


Kommentare

* Required fields

Neuen Kommentar hinzufügen
Ihr Beitrag wird nach redaktioneller Prüfung veröffentlicht.

Archives imprimées

Les articles parus dans la Revue Musicale Suisse depuis son premier numéro de janvier 1998 sont disponibles dans nos archives.

Passer une annonce dans la RMS

 La Revue Musicale Suisse offre de nombreuses possibilités d'annonces et de publicité.
Pour plus de détails: passer une annonce.

S'abonner à la RMS

L'édition imprimée de la Revue Musicale Suisse paraît neuf fois par année (numéros doubles janvier/février, juillet/août, septembre/octobre). Vous pouvez vous y abonner.

L'histoire de la Revue Musicale Suisse en quelques mots

La RMS est née de la fusion de six journaux en 1998

En Suisse, les premières revues musicales apparaissent au 19e siècle. Elles sont généralement liées à la vie des chorales, et ce longtemps encore durant le siècle suivant. Plusieurs d'entre elles se sont séparées ensuite en plusieurs périodiques, mais en 1998, six associations musicales dotées chacune d'un organe officiel se sont réunies pour fonder la Revue Musicale Suisse. Aujourd'hui, la Revue regroupe 14 associations et organisations musicales.

En janvier 2013, la Revue Musicale Suisse a mené à bien une démarche de réflexion et de transformation qui l'a conduite à redéfinir son contenu ainsi que la présentation de son édition imprimée et de son site Internet.

Nous remercions la Fondation SuisaPro Helvetia, Société Suisse des Artistes Interprètes et Stiftung Phonoproduzierende pour leur soutien dans cette opération.

Le 28 novembre 2014, lors d’une assemblée extraordinaire des délégués, l’Association Revue Musicale Suisse a décidé de confier à la NZZ Fachmedien AG l’édition de la Revue Musicale Suisse et elle a décidé la liquidation de l’association. Plus d'infos.