Editorial

08.01.2014

RMS 01/2014

Une cloche en scène

Dans le film Andrei Rubljow, Andrei Tarkowski met en scène la naissance d’une cloche. Cette saga de trois heures, réalisée sous l’ère soviétique, raconte la peine de la population oppressée à la fin du Moyen Age, sous le regard du moine-artiste Andrei qui peu à peu sombre dans le désespoir, fait vœu de silence et abandonne la peinture. La dernière scène montre de manière grandiose et pleine de suspense comment un jeune gars, Borsika, réalise la fonte d’une cloche. Fils d’un fondeur de cloches mort de la peste, il prétend connaître le secret du bon alliage pour attirer l’attention des recruteurs du grand-prince, tout en sachant que s’il échoue, il sera mis à mort. Le choix de la mine et la recherche de la bonne glaise pour fabriquer le moule durent plusieurs mois. L’hiver arrive avant que le moment soit choisi de faire chauffer le four. On atteint un premier sommet quand Borsika et ses collègues détruisent le moule gigantesque et difforme pour faire apparaître la cloche, impeccable, décorée d’un saint Georges en relief, celui qui combat le dragon.

Ensuite, des centaines d’hommes sortent la cloche de la mine et la hissent sur un échafaudage en bois. Le grand-prince et des émissaires de pays éloignés assistent avec le peuple à ce tour de force. Le bois et les cordes grincent, mais tiennent bon. La cloche n’a toutefois pas encore produit un son, et dans une tension extrême, Tarkowski laisse passer un très long moment avant que le sonneur ne mette le battant en mouvement et fasse retentir le premier coup. Enfin — jour de grâce pour tous. Le moine peintre d’icônes Andrei Rubljow (qui a vraiment existé entre environ 1360 et 1428) se remet à parler et, libéré, il reprend son parcours artistique.

C’est une tout autre histoire qu’a vécue la cloche polonaise «Sigismond». Découvrez-la en page 29!

Et puis, sous les cloches du Nouvel An, nous souhaitons la bienvenue aux nouvelles associations qui rejoignent la RMS: à partir de notre édition de janvier, dans les pages des associations, vous pourrez lire des nouvelles du Conseil Suisse de la Musique, de la communauté CHorama, du Concours Suisse de Musique pour la Jeunesse, et d’Arosa Kultur.

Cordialement

Katrin Spelinova


Kommentare

* Required fields

Neuen Kommentar hinzufügen
Ihr Beitrag wird nach redaktioneller Prüfung veröffentlicht.

Archives imprimées

Les articles parus dans la Revue Musicale Suisse depuis son premier numéro de janvier 1998 sont disponibles dans nos archives.

Passer une annonce dans la RMS

 La Revue Musicale Suisse offre de nombreuses possibilités d'annonces et de publicité.
Pour plus de détails: passer une annonce.

S'abonner à la RMS

L'édition imprimée de la Revue Musicale Suisse paraît neuf fois par année (numéros doubles janvier/février, juillet/août, septembre/octobre). Vous pouvez vous y abonner.

L'histoire de la Revue Musicale Suisse en quelques mots

La RMS est née de la fusion de six journaux en 1998

En Suisse, les premières revues musicales apparaissent au 19e siècle. Elles sont généralement liées à la vie des chorales, et ce longtemps encore durant le siècle suivant. Plusieurs d'entre elles se sont séparées ensuite en plusieurs périodiques, mais en 1998, six associations musicales dotées chacune d'un organe officiel se sont réunies pour fonder la Revue Musicale Suisse. Aujourd'hui, la Revue regroupe 14 associations et organisations musicales.

En janvier 2013, la Revue Musicale Suisse a mené à bien une démarche de réflexion et de transformation qui l'a conduite à redéfinir son contenu ainsi que la présentation de son édition imprimée et de son site Internet.

Nous remercions la Fondation SuisaPro Helvetia, Société Suisse des Artistes Interprètes et Stiftung Phonoproduzierende pour leur soutien dans cette opération.

Le 28 novembre 2014, lors d’une assemblée extraordinaire des délégués, l’Association Revue Musicale Suisse a décidé de confier à la NZZ Fachmedien AG l’édition de la Revue Musicale Suisse et elle a décidé la liquidation de l’association. Plus d'infos.