Résumé 

Comme un bricoleur?

05.03.2014

Il existe différentes sortes d’amateurs. Dans le domaine musical par exemple, un amateur peut avoir terminé le cursus complet d’études de piano, mais avoir décidé par la suite de travailler dans une banque, même si son niveau équivaut à celui des professionnels. En football, un amateur peut gagner sa vie uniquement en pratiquant ce sport. L’argent et le niveau ne sont donc pas déterminants. Quels sont donc les critères qui définissent l’amateur? Peut-être le temps qu’il peut consacrer à l’activité concernée. Peut-être le fait qu’il reste à un moment donné bloqué à un certain niveau, sans plus pouvoir évoluer. Mais ceci est également sujet à caution.

Le terme vient du latin amator qui signifie «celui qui aime». Le dilettante est celui qui ne cherche que du plaisir dans la musique (du latin delectare). Jusqu’au 18e siècle, le noble qui pratiquait la musique en amateur était ce qu’on considérait comme le nec plus ultra en termes de qualité. Vers 1800 toutefois, la situation s’est retournée et on a de plus en plus apprécié les compétences du véritable professionnel. Le sens le plus courant que nous donnons aujourd’hui au terme amateur — qui exerce une activité de façon négligente — vient du 19e siècle, en français comme en allemand. Goethe lui-même, en se basant sur sa propre expérience, a décrit le paradoxe de l’amateur, qui malgré son amour pour l’art ne peut pas atteindre le niveau souhaité pour le juger de manière appropriée. S’il a cherché longtemps un juste milieu entre les qualités du noble passionné par la musique et celles du véritable spécialiste (critique, esthète ou théoricien), vers la fin de sa vie il a lancé cet aphorisme lapidaire: «le dilettante est pour l’art ce qu’est le bricoleur pour l’artisanat».

Aujourd’hui, si l’on parle de plus en plus négativement de l’amateurisme, c’est que l’on vit dans une société de plus en plus spécialisée, qui exige un degré de perfection que seuls les professionnels peuvent atteindre. Mais par ailleurs, des voix s’élèvent aussi contre les professionnels, à qui on peut reprocher de jouer parfois sans passion, par routine, «le pire pour l’art» selon le directeur d’opéra Gerard Mortier.

Aussi, si vous jouez avec plaisir un prélude de Bach ou une mazurka de Chopin, rassurez-vous: les professionnels aussi font des fautes, même sur les scènes les plus prestigieuses auxquelles vous n’accéderez jamais.


Kommentare

* Required fields

Neuen Kommentar hinzufügen
Ihr Beitrag wird nach redaktioneller Prüfung veröffentlicht.

Archives imprimées

Les articles parus dans la Revue Musicale Suisse depuis son premier numéro de janvier 1998 sont disponibles dans nos archives.

Passer une annonce dans la RMS

 La Revue Musicale Suisse offre de nombreuses possibilités d'annonces et de publicité.
Pour plus de détails: passer une annonce.

S'abonner à la RMS

L'édition imprimée de la Revue Musicale Suisse paraît neuf fois par année (numéros doubles janvier/février, juillet/août, septembre/octobre). Vous pouvez vous y abonner.

L'histoire de la Revue Musicale Suisse en quelques mots

La RMS est née de la fusion de six journaux en 1998

En Suisse, les premières revues musicales apparaissent au 19e siècle. Elles sont généralement liées à la vie des chorales, et ce longtemps encore durant le siècle suivant. Plusieurs d'entre elles se sont séparées ensuite en plusieurs périodiques, mais en 1998, six associations musicales dotées chacune d'un organe officiel se sont réunies pour fonder la Revue Musicale Suisse. Aujourd'hui, la Revue regroupe 14 associations et organisations musicales.

En janvier 2013, la Revue Musicale Suisse a mené à bien une démarche de réflexion et de transformation qui l'a conduite à redéfinir son contenu ainsi que la présentation de son édition imprimée et de son site Internet.

Nous remercions la Fondation SuisaPro Helvetia, Société Suisse des Artistes Interprètes et Stiftung Phonoproduzierende pour leur soutien dans cette opération.

Le 28 novembre 2014, lors d’une assemblée extraordinaire des délégués, l’Association Revue Musicale Suisse a décidé de confier à la NZZ Fachmedien AG l’édition de la Revue Musicale Suisse et elle a décidé la liquidation de l’association. Plus d'infos.