Editorial

05.03.2014

RMS 03/2014

Mettez-y du cœur!

«L’enfer est rempli de musiciens amateurs.» Vous ne souscrirez plus à cette blague de George Bernard Shaw après que vous aurez lu ce numéro. L’a-t-il écrite parce qu’en tant que critique musical, il avait dû trop de fois rédiger le compte rendu de mauvais concerts d’amateurs? Je n’en sais rien, mais il vaut la peine de situer cette phrase dans son contexte.

Le Don Juan de Shaw discute en enfer avec le diable. Le lieu n’est pas lugubre, il est consacré aux plaisirs superficiels. D’une manière techniquement douteuse, le diable sort quelques-unes des répliques exubérantes du Don Giovanni de Mozart: «Vivan le femmine! Viva il buon vino! sostegno e gloria d’umanita.» Et le diable de regretter que Don Juan ne chante plus. Le dialogue se poursuit:

Don Juan: «de quoi vous plaignez-vous? L’enfer est rempli de musiciens amateurs: la musique est l’alcool des damnés. Est-ce qu’une seule âme perdue ne pourrait pas être abstinente?»

Le Diable: «vous osez critiquer le plus sublime des arts?»

Don Juan (avec dédain): «vous parlez comme une femme hystérique qui ferait des courbettes à un violoneux.»

Ce passage de la comédie L’homme et le surhomme (1903, 3e acte) montre deux facettes péjoratives du terme «amateur» que nous n’aborderons pas dans ce numéro: l’interprétation maladroite et sans âme de musique, ainsi que la surévaluation de ses propres capacités. Nous ne dirons pas plus si le premier de ces sens négatifs est applicable aussi aux musiciens professionnels, et si le deuxième est uniquement réservé aux dilettantes. Ce n’est pas notre propos. Il me semble que la seule chose qui compte, c’est de faire de la musique avec du cœur — dans une juste mesure.

Et à ce propos pour conclure: La Revue Musicale Suisse vit en ce moment un passage financièrement difficile, raison pour laquelle le comité a lancé une action de solidarité que j’aimerais que vous preniez à cœur. Merci de bien vouloir jeter un œil au message annexé.

Cordialement.

Katrin Spelinova


Kommentare

* Required fields

Neuen Kommentar hinzufügen
Ihr Beitrag wird nach redaktioneller Prüfung veröffentlicht.

Archives imprimées

Les articles parus dans la Revue Musicale Suisse depuis son premier numéro de janvier 1998 sont disponibles dans nos archives.

Passer une annonce dans la RMS

 La Revue Musicale Suisse offre de nombreuses possibilités d'annonces et de publicité.
Pour plus de détails: passer une annonce.

S'abonner à la RMS

L'édition imprimée de la Revue Musicale Suisse paraît neuf fois par année (numéros doubles janvier/février, juillet/août, septembre/octobre). Vous pouvez vous y abonner.

L'histoire de la Revue Musicale Suisse en quelques mots

La RMS est née de la fusion de six journaux en 1998

En Suisse, les premières revues musicales apparaissent au 19e siècle. Elles sont généralement liées à la vie des chorales, et ce longtemps encore durant le siècle suivant. Plusieurs d'entre elles se sont séparées ensuite en plusieurs périodiques, mais en 1998, six associations musicales dotées chacune d'un organe officiel se sont réunies pour fonder la Revue Musicale Suisse. Aujourd'hui, la Revue regroupe 14 associations et organisations musicales.

En janvier 2013, la Revue Musicale Suisse a mené à bien une démarche de réflexion et de transformation qui l'a conduite à redéfinir son contenu ainsi que la présentation de son édition imprimée et de son site Internet.

Nous remercions la Fondation SuisaPro Helvetia, Société Suisse des Artistes Interprètes et Stiftung Phonoproduzierende pour leur soutien dans cette opération.

Le 28 novembre 2014, lors d’une assemblée extraordinaire des délégués, l’Association Revue Musicale Suisse a décidé de confier à la NZZ Fachmedien AG l’édition de la Revue Musicale Suisse et elle a décidé la liquidation de l’association. Plus d'infos.