Focus 
Comment le sampleur a révolutionné l’écriture musicale

Comment le sampleur a révolutionné l’écriture musicale

03.07.2014

Créé à l’origine pour imiter des instruments existants, le sampleur permet d’enregistrer un son et de le reproduire sur un clavier de type piano, transposé dans tous les tons. Mais c’est en l’utilisant différemment que les musiciens, qu’ils œuvrent dans le monde du hip-hop ou de la musique contemporaine, ont inventé une nouvelle manière de composer.

Exemple vidéo 1

Dans cette reconstitution de 1971, Pierre Schaeffer montre par l’exemple comment il a créé ses Etudes de bruits en 1948:

http://fresques.ina.fr/jalons/fiche-media/InaEdu01259/la-naissance-de-la-musique-concrete-et-electro-acoustique.html

Exemple vidéo 2

It’s Gonna Rain de Steve Reich (1965). La phrase est enregistrée sur des bandes magnétiques mises en boucle et déphasées les unes par rapport aux autres.

Exemple vidéo 3

Un reportage sur le DJ Kool Herc, qui crée des boucles en jouant sur deux tourne-disques. La technique qui va permettre l’éclosion du rap.

Exemple vidéo 4

Une publicité totally british pour le Mellotron, un instrument basé sur des bandes magnétiques censé recréer un orchestre chez soi.

Exemple vidéo 5

Peter Gabriel crée dans une décharge publique des sons pour son Fairlight et montre comment le chant d’un cygne mis en boucle lui a inspiré un morceau.

Exemple vidéo 6

John Oswald échantillonne des extraits sonores reconnaissables et utilise cette matière sonore comme point de départ de ses compositions, ici Pretender.

Exemple vidéo 7

Somebody That I Used to Know, de Gotye: la majorité des sons proviennent de sources samplées.

La guitare, notamment, est reprise d’une version de Seville de Luiz Bonfa (1967).


Kommentare

* Required fields

Neuen Kommentar hinzufügen
Ihr Beitrag wird nach redaktioneller Prüfung veröffentlicht.

Archives imprimées

Les articles parus dans la Revue Musicale Suisse depuis son premier numéro de janvier 1998 sont disponibles dans nos archives.

Passer une annonce dans la RMS

 La Revue Musicale Suisse offre de nombreuses possibilités d'annonces et de publicité.
Pour plus de détails: passer une annonce.

S'abonner à la RMS

L'édition imprimée de la Revue Musicale Suisse paraît neuf fois par année (numéros doubles janvier/février, juillet/août, septembre/octobre). Vous pouvez vous y abonner.

L'histoire de la Revue Musicale Suisse en quelques mots

La RMS est née de la fusion de six journaux en 1998

En Suisse, les premières revues musicales apparaissent au 19e siècle. Elles sont généralement liées à la vie des chorales, et ce longtemps encore durant le siècle suivant. Plusieurs d'entre elles se sont séparées ensuite en plusieurs périodiques, mais en 1998, six associations musicales dotées chacune d'un organe officiel se sont réunies pour fonder la Revue Musicale Suisse. Aujourd'hui, la Revue regroupe 14 associations et organisations musicales.

En janvier 2013, la Revue Musicale Suisse a mené à bien une démarche de réflexion et de transformation qui l'a conduite à redéfinir son contenu ainsi que la présentation de son édition imprimée et de son site Internet.

Nous remercions la Fondation SuisaPro Helvetia, Société Suisse des Artistes Interprètes et Stiftung Phonoproduzierende pour leur soutien dans cette opération.

Le 28 novembre 2014, lors d’une assemblée extraordinaire des délégués, l’Association Revue Musicale Suisse a décidé de confier à la NZZ Fachmedien AG l’édition de la Revue Musicale Suisse et elle a décidé la liquidation de l’association. Plus d'infos.