Editorial

Pia Schwab, 22.01.2015

La musique n’est pas drôle

 

Parfois, nous partons d’un éclat de rire sans trop savoir pourquoi. Il n’est pas facile d’en expliquer la raison. Et si des chercheurs, philosophes et psychologues se sont penchés sur la question, le phénomène du rire reste aujourd’hui encore bien mystérieux.

Le rire peut être involontaire, comme évoqué, une sorte de besoin vital. Un mythe de l’Antiquité raconte que Dieu a créé le monde en riant sept fois aux éclats. Dans l’interview qu’il nous a accordé, Franz Hohler parle aussi du rire qui survient quand nous avons compris quelque chose, quand nous avons pris conscience de l’inéluctable ambiguïté de la vie (page 12).

Il est plus difficile encore de décrire le rire dans la musique, en particulier dans la musique dite «sérieuse». Oui, bien sûr, il y a les plaisanteries sur les altistes… un bouc émissaire est inévitable dans tout regroupement de personnes, c’est une question d’équilibre naturel. En Suisse, nous rions de la petitesse des Appenzellois, de la propreté douteuse des Fribourgeois, et en tant que Bernoise, j’ai bien entendu commencé à écrire cet éditorial au temps des dinosaures (qui apparaissent d’ailleurs en page 26 de ce numéro).

Mais qu’en est-il au-delà des clichés? Une constatation se dégage rapidement: la musique en soi n’est pas drôle (en contrepartie, nous pouvons affirmer également qu’elle n’est pas sérieuse non plus). Elle a besoin de points de référence pour nous amener à rire: des règles de composition ou des conventions. Dans La Belle Hélène d’Offenbach, un orchestre sur scène joue incroyablement faux. «Un orchestre à la mode!» répond l’hôte à qui on pose la question. La nouveauté est toujours sujette à la plaisanterie (voir l’article sur le rire d’Offenbach, page 7). Et même les rituels guindés de la musique «sérieuse» sont source de parodies pour les comiques.

Les attentats du 7 janvier à Paris ont démontré que le rire peut aussi conduire au tragique. Nous parlons des réactions des musiciens à ces événements en page 25.

Cordialement

Pia Schwab


Kommentare

* Required fields

Neuen Kommentar hinzufügen
Ihr Beitrag wird nach redaktioneller Prüfung veröffentlicht.

Archives imprimées

Les articles parus dans la Revue Musicale Suisse depuis son premier numéro de janvier 1998 sont disponibles dans nos archives.

Passer une annonce dans la RMS

 La Revue Musicale Suisse offre de nombreuses possibilités d'annonces et de publicité.
Pour plus de détails: passer une annonce.

S'abonner à la RMS

L'édition imprimée de la Revue Musicale Suisse paraît neuf fois par année (numéros doubles janvier/février, juillet/août, septembre/octobre). Vous pouvez vous y abonner.

L'histoire de la Revue Musicale Suisse en quelques mots

La RMS est née de la fusion de six journaux en 1998

En Suisse, les premières revues musicales apparaissent au 19e siècle. Elles sont généralement liées à la vie des chorales, et ce longtemps encore durant le siècle suivant. Plusieurs d'entre elles se sont séparées ensuite en plusieurs périodiques, mais en 1998, six associations musicales dotées chacune d'un organe officiel se sont réunies pour fonder la Revue Musicale Suisse. Aujourd'hui, la Revue regroupe 14 associations et organisations musicales.

En janvier 2013, la Revue Musicale Suisse a mené à bien une démarche de réflexion et de transformation qui l'a conduite à redéfinir son contenu ainsi que la présentation de son édition imprimée et de son site Internet.

Nous remercions la Fondation SuisaPro Helvetia, Société Suisse des Artistes Interprètes et Stiftung Phonoproduzierende pour leur soutien dans cette opération.

Le 28 novembre 2014, lors d’une assemblée extraordinaire des délégués, l’Association Revue Musicale Suisse a décidé de confier à la NZZ Fachmedien AG l’édition de la Revue Musicale Suisse et elle a décidé la liquidation de l’association. Plus d'infos.