Editorial

Katrin Spelinova, 26.02.2015

A journée faite

 

Nous le faisons tous. Parfois mieux qu’avant, parfois moins bien, parfois plus assidûment, parfois moins. Beaucoup de domaines nécessitent un entraînement. Alors pourquoi, le terme «s’exercer» a-t-il pour moi un parfum d’inachevé, d’inaccompli, voire d’ennuyeux?

C’est qu’il en faut du temps à écorcher les études et cahiers d’exercices jusqu’à ce que nous puissions poser la partition d’un «vrai» compositeur sur notre pupitre. Dans mes souvenirs d’enfance, un vrai compositeur était celui dont j’entendais les œuvres lors de «vrais» concerts, pas uniquement dans des auditions scolaires. Je me disais alors: «Ça y est, j’y suis arrivée». Là-dessus, un violoniste doué me disait: «tu dois jouer Ševčík comme un air d’opéra.» C’est là seulement que la véritable signification du terme «répétition» se révélait à moi. Plus tard, une fois entrée dans la «vraie» vie active, j’ai appris à m’en sortir aussi avec des prototypes, des versions bêta, et à accepter qu’il n’y a rien de péjoratif à ce que des réalisations possèdent en elles une part d’inachevé.

Dans la musique cependant, comme dans le sport, la pression de la perfection est constante. Est-ce cela qui explique que les personnes qui pratiquent ces métiers répètent et s’exercent à journée faite? Celui qui n’a pas consciencieusement et précisément répété depuis son enfance n’a pratiquement aucune chance de réussir dans ces professions. Ceci est probablement vrai également dans d’autres domaines très spécialisés, peut-être plus souvent qu’on ne le pense. L’enfant qui bricole, dessine, construit, programme… avec passion et assiduité depuis toujours, trouvera probablement plus tard sa voie dans cette direction. Il est étrange alors que cette activité qui prend tant de temps aux musiciens n’ait pas de nom précis. Les Alémaniques utilisent le verbe «üben», littéralement s’exercer. Nous disons plutôt «répéter». Alors qu’il s’agit tout simplement de «faire de la musique». J’y penserai la prochaine fois que, en tant que violoniste amateur, je répéterai mon Ševčík.

Cordialement
Katrin Spelinova

 


Kommentare

* Required fields

Neuen Kommentar hinzufügen
Ihr Beitrag wird nach redaktioneller Prüfung veröffentlicht.

Archives imprimées

Les articles parus dans la Revue Musicale Suisse depuis son premier numéro de janvier 1998 sont disponibles dans nos archives.

Passer une annonce dans la RMS

 La Revue Musicale Suisse offre de nombreuses possibilités d'annonces et de publicité.
Pour plus de détails: passer une annonce.

S'abonner à la RMS

L'édition imprimée de la Revue Musicale Suisse paraît neuf fois par année (numéros doubles janvier/février, juillet/août, septembre/octobre). Vous pouvez vous y abonner.

L'histoire de la Revue Musicale Suisse en quelques mots

La RMS est née de la fusion de six journaux en 1998

En Suisse, les premières revues musicales apparaissent au 19e siècle. Elles sont généralement liées à la vie des chorales, et ce longtemps encore durant le siècle suivant. Plusieurs d'entre elles se sont séparées ensuite en plusieurs périodiques, mais en 1998, six associations musicales dotées chacune d'un organe officiel se sont réunies pour fonder la Revue Musicale Suisse. Aujourd'hui, la Revue regroupe 14 associations et organisations musicales.

En janvier 2013, la Revue Musicale Suisse a mené à bien une démarche de réflexion et de transformation qui l'a conduite à redéfinir son contenu ainsi que la présentation de son édition imprimée et de son site Internet.

Nous remercions la Fondation SuisaPro Helvetia, Société Suisse des Artistes Interprètes et Stiftung Phonoproduzierende pour leur soutien dans cette opération.

Le 28 novembre 2014, lors d’une assemblée extraordinaire des délégués, l’Association Revue Musicale Suisse a décidé de confier à la NZZ Fachmedien AG l’édition de la Revue Musicale Suisse et elle a décidé la liquidation de l’association. Plus d'infos.