Répéter dans sa tête

24.02.2015

Traduction : Jean-Damien Humair — Selon une étude, les étudiants de violons d’une HEM passent dans leur vie 10’000 heures à répéter. A ce niveau-là, la question n’est pas tellement de savoir combien de temps la personne consacre à son instrument, mais qu’est-ce qu’elle fait pendant ce temps-là. Petra Kessler, coach mentale, constate que peu de musiciens se demandent réellement comment ils doivent répéter. Ils travaillent sans but, surévaluent leur capacité de concentration et répètent trop longtemps, avec trop peu de pauses.

La croyance persiste que pour réussir, le musicien doit passer huit heures par jour à son archet ou à son clavier. Et pourtant, cette pratique n’est pas séculaire: jusqu’au 18e siècle, le travail à l’instrument consistait plus en des jeux d’improvisation et de détente. Ce n’est qu’au 19e qu’on a commencé à chercher la restitution parfaite de chaque note de la partition, avec le credo que seules d’incessantes répétitions permettent d’atteindre la perfection. C’est là aussi que les écoles de musique ont commencé à faire travailler les élèves à la maison entre deux cours.

Mais trop souvent, les musiciens répètent sans but. Ils sortent leur instrument et jouent. Lorsqu’un concert ou un concours approche, ils se concentrent uniquement sur leurs erreurs, et se créent une image négative d’eux-mêmes. Ils pensent devoir jouer sans aucune faute, comme sur un CD. Il y a quelques années, on disait même que le trac était dû à un manque de travail. 

Petra Kessler s’est intéressée aux sportifs d’élite et a constaté qu’ils travaillaient beaucoup leur mental. Un slalomeur par exemple, visualise mentalement son parcours plusieurs fois avant de descendre. Les musiciens pourraient faire de même. Car pour le cerveau, faire un mouvement ou se le représenter mentalement revient au même.

Certains musiciens avaient compris cela avant que les neurologues l’expliquent. Dans sa biographie, le pianiste Walter Gieseking explique en 1963 déjà qu’il repasse en pensée les morceaux qu’il n’a plus joués depuis longtemps pour se les remettre dans les doigts.
Cet exercice nécessite une grande concentration. La représentation mentale du morceau doit être complète pour que le corps sache quels mouvements il devra activer.

Parfois, c’est la tête qui empêche certains mouvements, ou qui génère de mauvais mouvements qui se sont installés au cours des années. Une solution: mettre son instrument de côté et le visualiser. Le musicien prend alors de la distance et peut analyser plus précisément chaque mouvement.

La représentation mentale permet aussi d’économiser ses muscles et diminue les douleurs des répétitions incessantes, même si, cela va de soi, elle ne remplace pas le jeu véritable sur l’instrument. Comme le slalomeur qui, après avoir visualisé son parcours, finit quand même par s’attaquer à la piste.


Kommentare

* Required fields

Neuen Kommentar hinzufügen
Ihr Beitrag wird nach redaktioneller Prüfung veröffentlicht.

Archives imprimées

Les articles parus dans la Revue Musicale Suisse depuis son premier numéro de janvier 1998 sont disponibles dans nos archives.

Passer une annonce dans la RMS

 La Revue Musicale Suisse offre de nombreuses possibilités d'annonces et de publicité.
Pour plus de détails: passer une annonce.

S'abonner à la RMS

L'édition imprimée de la Revue Musicale Suisse paraît neuf fois par année (numéros doubles janvier/février, juillet/août, septembre/octobre). Vous pouvez vous y abonner.

L'histoire de la Revue Musicale Suisse en quelques mots

La RMS est née de la fusion de six journaux en 1998

En Suisse, les premières revues musicales apparaissent au 19e siècle. Elles sont généralement liées à la vie des chorales, et ce longtemps encore durant le siècle suivant. Plusieurs d'entre elles se sont séparées ensuite en plusieurs périodiques, mais en 1998, six associations musicales dotées chacune d'un organe officiel se sont réunies pour fonder la Revue Musicale Suisse. Aujourd'hui, la Revue regroupe 14 associations et organisations musicales.

En janvier 2013, la Revue Musicale Suisse a mené à bien une démarche de réflexion et de transformation qui l'a conduite à redéfinir son contenu ainsi que la présentation de son édition imprimée et de son site Internet.

Nous remercions la Fondation SuisaPro Helvetia, Société Suisse des Artistes Interprètes et Stiftung Phonoproduzierende pour leur soutien dans cette opération.

Le 28 novembre 2014, lors d’une assemblée extraordinaire des délégués, l’Association Revue Musicale Suisse a décidé de confier à la NZZ Fachmedien AG l’édition de la Revue Musicale Suisse et elle a décidé la liquidation de l’association. Plus d'infos.