Editorial

Katrin Spelinova, 22.04.2015

«corner»

 

Avouons-le, pour le choix du thème de ce numéro, nous avons un peu triché. Nous nous sommes tenus strictement à la règle que nous nous sommes fixée pour cette année: chaque thème devait être un verbe. Souvenez-vous: rire, s’exercer, vieillir. Et donc aujourd’hui «corner», que nous avons mis entre guillemets, parce que peu usité. La version allemande «hornen» ne figure d’ailleurs pas dans les dictionnaires. Mais dans quelques dialectes alémaniques, «hornen» a au moins deux significations. Dans certaines régions, il signifie «klaxonner», comme c’était le cas également autrefois en français du verbe «corner». Pour les Bernois, il signifie «pleurer bruyamment», «brailler». Le mot a aussi parfois une signification musicale, pour quelqu’un qui s’égosille en chantant. Il s’agit donc toujours de produire un son fort, de transmettre un signal sonore qui s’entendra loin à la ronde.

Aujourd’hui, les klaxons et les cornes de brume sont monnaie courante, on connaît leur rôle d’avertisseurs dans la circulation routière ou maritime. Mais les nombreux codes que les conducteurs de diligence utilisaient pour annoncer leur arrivée longtemps à l’avance — en précisant le nombre de passagers ou de colis — sont tombés dans l’oubli. Quelques bergers échangent encore des informations entre eux en jouant différentes mélodies codées. L’association suisse du cor de chasse soigne cette tradition. Elle organise des fêtes du cor, cette année ce sera le 13 juin à Soleure, et publie un guide: Jagdhornblasen für Frischlinge und alte Hasen (non traduit).

Dans un canon à plusieurs voix, le compositeur Willy Geisler écrivait: «le cor, le cor, il est bien fainéant / le cor, il ne joue qu’une seule note». Il ne sera pas question de ça ici. Au contraire. Nous savons tous combien la tâche des cornistes est complexe, dans l’orchestre, en solo ou en musique de chambre. Je vous souhaite bien du plaisir à la lecture de ce numéro, qui fait la lumière sur quelques aspects de cet instrument et de la manière d’en jouer… sans brailler.

Cordialement

Katrin Spelinova


Kommentare

* Required fields

Neuen Kommentar hinzufügen
Ihr Beitrag wird nach redaktioneller Prüfung veröffentlicht.

Archives imprimées

Les articles parus dans la Revue Musicale Suisse depuis son premier numéro de janvier 1998 sont disponibles dans nos archives.

Passer une annonce dans la RMS

 La Revue Musicale Suisse offre de nombreuses possibilités d'annonces et de publicité.
Pour plus de détails: passer une annonce.

S'abonner à la RMS

L'édition imprimée de la Revue Musicale Suisse paraît neuf fois par année (numéros doubles janvier/février, juillet/août, septembre/octobre). Vous pouvez vous y abonner.

L'histoire de la Revue Musicale Suisse en quelques mots

La RMS est née de la fusion de six journaux en 1998

En Suisse, les premières revues musicales apparaissent au 19e siècle. Elles sont généralement liées à la vie des chorales, et ce longtemps encore durant le siècle suivant. Plusieurs d'entre elles se sont séparées ensuite en plusieurs périodiques, mais en 1998, six associations musicales dotées chacune d'un organe officiel se sont réunies pour fonder la Revue Musicale Suisse. Aujourd'hui, la Revue regroupe 14 associations et organisations musicales.

En janvier 2013, la Revue Musicale Suisse a mené à bien une démarche de réflexion et de transformation qui l'a conduite à redéfinir son contenu ainsi que la présentation de son édition imprimée et de son site Internet.

Nous remercions la Fondation SuisaPro Helvetia, Société Suisse des Artistes Interprètes et Stiftung Phonoproduzierende pour leur soutien dans cette opération.

Le 28 novembre 2014, lors d’une assemblée extraordinaire des délégués, l’Association Revue Musicale Suisse a décidé de confier à la NZZ Fachmedien AG l’édition de la Revue Musicale Suisse et elle a décidé la liquidation de l’association. Plus d'infos.