Editorial

Pia Schwab, 20.05.2015

Magicienne

 

A l’école, on nous faisait d’abord découvrir des lettres. Puis on apprenait des mots constitués des lettres déjà apprises. Mais moi, à ce moment-là, je voulais en savoir plus. J’ai pris un livre pour enfants sur l’étagère et pour la première fois, je ne me suis pas intéressée aux images, mais au texte qui les accompagnait. Et ça a marché: les lettres se sont mises à parler. Elles racontaient une histoire dans ma tête. J’étais devenue magicienne!

Avez-vous vous aussi ce genre de souvenirs de votre découverte de la lecture? Ou peut-être – ce qui correspond mieux à notre thème du mois – des souvenirs liés à la lecture de musique? Moi, je vous parle de livres, parce que je ne suis pas de celles qui ouvrent une partition et entendent spontanément la musique en polyphonie.

Recueillir la musique sous forme de signes, muets, de sorte qu’elle puisse être recréée à des kilomètres de là, ou des siècles plus tard est une incroyable performance culturelle. Chaque partition renferme en son sein un déluge de sons qui ne demandent qu’à en sortir.

Plusieurs articles de ce numéro s’intéressent de plus près à ce processus. Aujourd’hui, l’ordinateur y joue bien sûr un rôle. Il facilite grandement l’écriture et la mise en pages des partitions. Pour le débutant, les logiciels d’édition musicale ont quelque chose d’ésotérique. Il n’y a rien de magique là-dedans, il faut juste apprendre à les maîtriser. Et quand on atteint ce stade, on se sent un peu comme l’apprenti sorcier, comme si des esprits apparaissaient qui faisaient une partie du travail à notre place.

Etonnamment, plusieurs compositeurs renoncent sciemment à utiliser ces outils et continuent à écrire leurs partitions à la main. Ils ne veulent pas être tenus en otage par des logiciels qui prennent des initiatives, qui perturbent un ordre préétabli sur lequel est basé leur processus compositionnel. Ils ne veulent pas «invoquer des esprits dont ils ne pourront plus se débarrasser», comme le disait Goethe dans… l’Apprenti sorcier.

Cordialement

Pia Schwab


Kommentare

* Required fields

Neuen Kommentar hinzufügen
Ihr Beitrag wird nach redaktioneller Prüfung veröffentlicht.

Archives imprimées

Les articles parus dans la Revue Musicale Suisse depuis son premier numéro de janvier 1998 sont disponibles dans nos archives.

Passer une annonce dans la RMS

 La Revue Musicale Suisse offre de nombreuses possibilités d'annonces et de publicité.
Pour plus de détails: passer une annonce.

S'abonner à la RMS

L'édition imprimée de la Revue Musicale Suisse paraît neuf fois par année (numéros doubles janvier/février, juillet/août, septembre/octobre). Vous pouvez vous y abonner.

L'histoire de la Revue Musicale Suisse en quelques mots

La RMS est née de la fusion de six journaux en 1998

En Suisse, les premières revues musicales apparaissent au 19e siècle. Elles sont généralement liées à la vie des chorales, et ce longtemps encore durant le siècle suivant. Plusieurs d'entre elles se sont séparées ensuite en plusieurs périodiques, mais en 1998, six associations musicales dotées chacune d'un organe officiel se sont réunies pour fonder la Revue Musicale Suisse. Aujourd'hui, la Revue regroupe 14 associations et organisations musicales.

En janvier 2013, la Revue Musicale Suisse a mené à bien une démarche de réflexion et de transformation qui l'a conduite à redéfinir son contenu ainsi que la présentation de son édition imprimée et de son site Internet.

Nous remercions la Fondation SuisaPro Helvetia, Société Suisse des Artistes Interprètes et Stiftung Phonoproduzierende pour leur soutien dans cette opération.

Le 28 novembre 2014, lors d’une assemblée extraordinaire des délégués, l’Association Revue Musicale Suisse a décidé de confier à la NZZ Fachmedien AG l’édition de la Revue Musicale Suisse et elle a décidé la liquidation de l’association. Plus d'infos.