Editorial

RMS, 22.10.2015

Traîné dans la boue

 

Guitares fracassées, pianos éclatés, violons écrasés. «Qu’est-ce que cela a à voir avec la musique?», me demandait récemment un jeune batteur de 13 ans alors que je lui parlais du thème de notre prochain numéro.

Des menaces de diminution massive des budgets culturels, comme en ce moment à Bâle-Campagne, des mesures d’économies cantonales qui saignent la culture à blanc, ou la suppression d’orchestres pour des raisons financières: tout cela a à voir avec la musique.
Et quand des fanatiques détruisent des biens culturels millénaires au nom de leur idéologie, ou quand ils interdisent la pratique de la musique, cela nous prend aussi à la gorge.

«Imagine que tu te réveilles demain et que la musique a disparu», c’est la traduction du titre du nouveau film de Stefan Schwietert, bientôt en salles (après un passage remarqué au festival Visions du réel à Nyon, note du traducteur). Ce documentaire retrace le projet The 17 de Bill Drummond, membre du groupe anglais The KLF, qui durant toute son activité jusqu’en 1992 a mené des actions retentissantes où il mettait sérieusement en question le business musical. Dans le film, Drummond encourage à n’écouter que la musique que l’on joue soi-même. Il critique le fait que la musique ne soit devenue qu’un divertissement, et que l’industrie du disque ne propose que des sons et des images parfaites, répandant ainsi le sentiment que seules les superstars ont le droit de chanter, les autres n’étant pas assez bons pour ça. Son omniprésence fait aussi perdre son sens à la musique.

Ce sont également des habitudes quotidiennes de consommation qui menacent la musique jusqu’à ce qu’elle perde toute sa substance, et ceci sans qu’on se rende compte qu’on commet un crime. Que peut-on faire contre cela? Je pense qu’apprendre aux enfants à écouter les sensibilise à cette problématique. Cela se fait dans plusieurs endroits, mais dans d’autres ce n’est pas prévu, ou ça a été supprimé. Il faut s’en inquiéter, et tout tenter pour créer les conditions-cadres nécessaires ou pour les soutenir. Ce serait très dommage que des questions critiques d’adolescents comme ci-dessus continuent d’exister.

Cordialement

Katrin Spelinova


Kommentare

* Required fields

Neuen Kommentar hinzufügen
Ihr Beitrag wird nach redaktioneller Prüfung veröffentlicht.

Archives imprimées

Les articles parus dans la Revue Musicale Suisse depuis son premier numéro de janvier 1998 sont disponibles dans nos archives.

Passer une annonce dans la RMS

 La Revue Musicale Suisse offre de nombreuses possibilités d'annonces et de publicité.
Pour plus de détails: passer une annonce.

S'abonner à la RMS

L'édition imprimée de la Revue Musicale Suisse paraît neuf fois par année (numéros doubles janvier/février, juillet/août, septembre/octobre). Vous pouvez vous y abonner.

L'histoire de la Revue Musicale Suisse en quelques mots

La RMS est née de la fusion de six journaux en 1998

En Suisse, les premières revues musicales apparaissent au 19e siècle. Elles sont généralement liées à la vie des chorales, et ce longtemps encore durant le siècle suivant. Plusieurs d'entre elles se sont séparées ensuite en plusieurs périodiques, mais en 1998, six associations musicales dotées chacune d'un organe officiel se sont réunies pour fonder la Revue Musicale Suisse. Aujourd'hui, la Revue regroupe 14 associations et organisations musicales.

En janvier 2013, la Revue Musicale Suisse a mené à bien une démarche de réflexion et de transformation qui l'a conduite à redéfinir son contenu ainsi que la présentation de son édition imprimée et de son site Internet.

Nous remercions la Fondation SuisaPro Helvetia, Société Suisse des Artistes Interprètes et Stiftung Phonoproduzierende pour leur soutien dans cette opération.

Le 28 novembre 2014, lors d’une assemblée extraordinaire des délégués, l’Association Revue Musicale Suisse a décidé de confier à la NZZ Fachmedien AG l’édition de la Revue Musicale Suisse et elle a décidé la liquidation de l’association. Plus d'infos.