Editorial

30.06.2016

Dresser l’oreille

 

Quand nous avons choisi le thème «terminer» pour notre numéro de juillet/août, nous pensions bien entendu à la fin du semestre et aux vacances d’été. Et c’est un thème fertile: arrêter de jouer de la musique ou de composer, terminer sa carrière, mettre le point final à une œuvre…

Terminer, arrêter, s’arrêter. En allemand, on dit «aufhören», ce qui est étonnant, car «hören» signifie écouter. Le dictionnaire étymologique Kluge indique qu’en allemand médiéval, les deux verbes avaient le même sens. Et il précise: «quand quelqu’un fixe son attention sur quelque chose, alors il abandonne toute activité; s’arrêter, c’est d’une certaine manière dresser l’oreille». (D’ailleurs en français aussi, le chien qui se fige et tend l’oreille quand il entend du gibier est appelé un «chien d’arrêt», note du traducteur.)

Ainsi, ce qui nous intéresse dans le fait de s’arrêter, ce n’est pas tellement ce qu’on ne fera plus, mais plutôt ce qui va nous arriver de nouveau. Au-delà des apitoiements habituels qui accompagnent toute interruption: «espérons que vous saurez en tirer du positif», nous sommes convaincus que s’arrêter, c’est aussi dresser l’oreille.

J’écris cet éditorial le jour du Brexit. Je suis secouée. Non pas que j’aie la prétention de croire que je sais ce qui va se passer pour les Britanniques. Mais c’est une victoire du repli sur soi et de la désolidarisation. Une de plus, car sur notre continent, tous les mouvements à droite de l’échiquier politique tendent vers cette même direction. Et une chose est sûre parmi cette mouvance, c’est que les programmes qu’elle prône n’encouragent pas une vie culturelle riche, libre et diversifiée.

Les vacances arrivent. Nous avons tous envie de laisser quelque temps ces problèmes complexes derrière nous. Et puis le quotidien reviendra nous occuper, nous absorber. Mais arrêtons-nous un moment pour écouter. Et — si nécessaire — aussi pour râler!

Cordialement

Pia Schwab
 


Kommentare

* Required fields

Neuen Kommentar hinzufügen
Ihr Beitrag wird nach redaktioneller Prüfung veröffentlicht.

Archives imprimées

Les articles parus dans la Revue Musicale Suisse depuis son premier numéro de janvier 1998 sont disponibles dans nos archives.

Passer une annonce dans la RMS

 La Revue Musicale Suisse offre de nombreuses possibilités d'annonces et de publicité.
Pour plus de détails: passer une annonce.

S'abonner à la RMS

L'édition imprimée de la Revue Musicale Suisse paraît neuf fois par année (numéros doubles janvier/février, juillet/août, septembre/octobre). Vous pouvez vous y abonner.

L'histoire de la Revue Musicale Suisse en quelques mots

La RMS est née de la fusion de six journaux en 1998

En Suisse, les premières revues musicales apparaissent au 19e siècle. Elles sont généralement liées à la vie des chorales, et ce longtemps encore durant le siècle suivant. Plusieurs d'entre elles se sont séparées ensuite en plusieurs périodiques, mais en 1998, six associations musicales dotées chacune d'un organe officiel se sont réunies pour fonder la Revue Musicale Suisse. Aujourd'hui, la Revue regroupe 14 associations et organisations musicales.

En janvier 2013, la Revue Musicale Suisse a mené à bien une démarche de réflexion et de transformation qui l'a conduite à redéfinir son contenu ainsi que la présentation de son édition imprimée et de son site Internet.

Nous remercions la Fondation SuisaPro Helvetia, Société Suisse des Artistes Interprètes et Stiftung Phonoproduzierende pour leur soutien dans cette opération.

Le 28 novembre 2014, lors d’une assemblée extraordinaire des délégués, l’Association Revue Musicale Suisse a décidé de confier à la NZZ Fachmedien AG l’édition de la Revue Musicale Suisse et elle a décidé la liquidation de l’association. Plus d'infos.