Editorial

31.08.2016

Montant du transfert: 1.98 million d’euros

 

Non, il ne s’agit pas de l’indemnité de transfert d’un footballeur, mais du prix de vente de la partition autographe de la Cantate BWV 20 O Ewigkeit, du Donnerwort de Bach, datée de 1724. C’est pour ce montant que la fondation bâloise Sacher a proposé le manuscrit à l’Archive Bach de Leipzig. Une collecte de dons a été lancée (www.bach-leipzig.de) et il manque encore 500 000 euros aux Leipzigois. S’ils ne parviennent pas à récolter l’entier de la somme d’ici la fin de l’année, la partition restera à Bâle. (Cela dit, les stars du football sont bien plus chères qu’un manuscrit de Bach: Manchester United a récemment payé 105 millions d’euros le transfert de Paul Pogba, 23 ans.)

Il est impressionnant de penser à quel point de l’encre sur du papier peut atteindre une telle valeur, et à en croire la Fondation Bach, le manuscrit en question vaudrait plusieurs fois ce prix. Ce transfert démontre de manière exemplaire l’importance d’un archivage dans les règles de l’art, que ce soit pour des raisons historiques, musicologiques ou économiques. Cette dernière raison à première vue en tout cas pour le vendeur: les bénéfices de la vente vont-ils faciliter l’entretien et l’aménagement de la collection actuelle à Bâle, consacrée aux 20e et 21e siècles? Ou pour l’acheteur? Avec cette acquisition, les parties des voix et la partition elle-même seront regroupées en un seul endroit. Mais cet argument justifie-t-il un sacrifice financier aussi élevé? Cette vente est-elle réellement une situation Win-Win? La question reste ouverte.

Le bon vieux papier joue aujourd’hui encore un rôle important pour l’archivage à long terme. Les documents que l’on imprime et que l’on conserve dans les règles de l’art ont de bonnes chances d’être encore lisibles dans plusieurs siècles. Reste à savoir si nous conservons toujours les bons documents. Probablement que la réponse viendra une fois encore du prix que l’on sera prêt à payer pour un transfert le moment venu.

Cordialement

Katrin Spelinova


Kommentare

* Required fields

Neuen Kommentar hinzufügen
Ihr Beitrag wird nach redaktioneller Prüfung veröffentlicht.

Archives imprimées

Les articles parus dans la Revue Musicale Suisse depuis son premier numéro de janvier 1998 sont disponibles dans nos archives.

Passer une annonce dans la RMS

 La Revue Musicale Suisse offre de nombreuses possibilités d'annonces et de publicité.
Pour plus de détails: passer une annonce.

S'abonner à la RMS

L'édition imprimée de la Revue Musicale Suisse paraît neuf fois par année (numéros doubles janvier/février, juillet/août, septembre/octobre). Vous pouvez vous y abonner.

L'histoire de la Revue Musicale Suisse en quelques mots

La RMS est née de la fusion de six journaux en 1998

En Suisse, les premières revues musicales apparaissent au 19e siècle. Elles sont généralement liées à la vie des chorales, et ce longtemps encore durant le siècle suivant. Plusieurs d'entre elles se sont séparées ensuite en plusieurs périodiques, mais en 1998, six associations musicales dotées chacune d'un organe officiel se sont réunies pour fonder la Revue Musicale Suisse. Aujourd'hui, la Revue regroupe 14 associations et organisations musicales.

En janvier 2013, la Revue Musicale Suisse a mené à bien une démarche de réflexion et de transformation qui l'a conduite à redéfinir son contenu ainsi que la présentation de son édition imprimée et de son site Internet.

Nous remercions la Fondation SuisaPro Helvetia, Société Suisse des Artistes Interprètes et Stiftung Phonoproduzierende pour leur soutien dans cette opération.

Le 28 novembre 2014, lors d’une assemblée extraordinaire des délégués, l’Association Revue Musicale Suisse a décidé de confier à la NZZ Fachmedien AG l’édition de la Revue Musicale Suisse et elle a décidé la liquidation de l’association. Plus d'infos.