Interview 
Bernard Schulé nous quittait il y a 20 ans

Bernard Schulé nous quittait il y a 20 ans

Claude Delley , 26.01.2017

Que les années passent vite. En effet le 1er novembre 2016, il y a eu 20 ans que le compositeur et organiste Bernard Schulé tirait sa révérence.

On se souviendra que sa riche carrière musicale aura été consacrée à la composition (de musiques de films en particulier) de musique symphonique, d’œuvres chorales et de musique de chambre. À l’occasion de cet anniversaire, nous avons rencontré son fils Adrian qui a vécu aux côtés de son père les grands moments musicaux qui ont ponctué la vie du compositeur.

Adrian Schulé, quel est le premier et beau souvenir qui vous vient à la mémoire alors que vous étiez avec votre père lors d’une création musicale d’une œuvre?
En 1966, avec l’Orchestre symphonique de la Tonhalle de Zurich. L’œuvre intitulée Magie du Rail est la version concert d’une grande production cinématographique. Mémorable souvenir d’une salle pleine.

Pouvez-vous nous rappeler la genèse de ce projet?
Il s’agissait du Circarama, un cinéma avec un écran géant de 360 degrés, pour l’exposition nationale de 1964 à Lausanne dans le pavillon des chemins de fer. La production était de Walt Disney. Le film durait 20 minutes et montrait de nombreux paysages ferroviaires suisses, sans commentaire et accompagné de la musique enregistrée par un orchestre symphonique. Les séances se répétaient toutes les demi-heures avec chaque fois plus d’un millier de spectateurs.
Mon père avait également composé, pour cette même exposition, la musique du pavillon de la poste, qui fut également un grand projet.

Si vous deviez qualifier la musique de chambre et pour orchestre, quels termes utiliseriez-vous?
Passion, plaisir et émotion de savoir que ce serait interprété. En effet, la plupart de ses œuvres furent des commandes pour des solistes ou ensembles professionnels et amateurs. Il a eu la grande chance de pouvoir entendre de son vivant presque toute la musique qu’il avait composée, la plupart du temps accompagné par son épouse.
En effet, ma mère a toujours été très présente pour que mon père puisse ne vivre que pour la musique. Il lui en était très reconnaissant et il répétait souvent «Je dois tellement à Dolly».

Pouvez-vous exprimer un vœu en faveur de la musique de votre père sachant que lui-même faisait toujours preuve d’une grande modestie?
Je suis toujours heureux que l’on continue à interpréter ses œuvres. Et c’est toujours avec une grande joie que j’assiste à ces concerts quand l’occasion se présente. Que l’on n’hésite pas à m’informer lorsqu’un concert a lieu car c’est un bonheur pour moi, de même que pour sa famille et ses amis, d’être présents.

C’est aussi notre vœu le plus cher pour que dans nos mémoires, rien de Bernard Schulé ne s’efface.


Claude Delley
… est président de l’Association des Amis de Bernard Schulé

 


Kommentare

* Required fields

Neuen Kommentar hinzufügen
Ihr Beitrag wird nach redaktioneller Prüfung veröffentlicht.

Archives imprimées

Les articles parus dans la Revue Musicale Suisse depuis son premier numéro de janvier 1998 sont disponibles dans nos archives.

Passer une annonce dans la RMS

 La Revue Musicale Suisse offre de nombreuses possibilités d'annonces et de publicité.
Pour plus de détails: passer une annonce.

S'abonner à la RMS

L'édition imprimée de la Revue Musicale Suisse paraît neuf fois par année (numéros doubles janvier/février, juillet/août, septembre/octobre). Vous pouvez vous y abonner.

L'histoire de la Revue Musicale Suisse en quelques mots

La RMS est née de la fusion de six journaux en 1998

En Suisse, les premières revues musicales apparaissent au 19e siècle. Elles sont généralement liées à la vie des chorales, et ce longtemps encore durant le siècle suivant. Plusieurs d'entre elles se sont séparées ensuite en plusieurs périodiques, mais en 1998, six associations musicales dotées chacune d'un organe officiel se sont réunies pour fonder la Revue Musicale Suisse. Aujourd'hui, la Revue regroupe 14 associations et organisations musicales.

En janvier 2013, la Revue Musicale Suisse a mené à bien une démarche de réflexion et de transformation qui l'a conduite à redéfinir son contenu ainsi que la présentation de son édition imprimée et de son site Internet.

Nous remercions la Fondation SuisaPro Helvetia, Société Suisse des Artistes Interprètes et Stiftung Phonoproduzierende pour leur soutien dans cette opération.

Le 28 novembre 2014, lors d’une assemblée extraordinaire des délégués, l’Association Revue Musicale Suisse a décidé de confier à la NZZ Fachmedien AG l’édition de la Revue Musicale Suisse et elle a décidé la liquidation de l’association. Plus d'infos.