Complément à l’article paru dans le numéro de janvier-février 2019 de la RMS 
Le serinage des oiseaux

Le serinage des oiseaux

Laurent Mettraux, 22.01.2019

Le rabâchage des mêmes mélodies pour les apprendre à de jeunes oiseaux se trouve à l’origine du verbe « seriner ».

Les premières serinettes, et les plus renommées, ont été réalisées en Lorraine, en particulier à Mirecourt, connu par ailleurs pour être le centre de la lutherie française. C’est dans ce bourg qu’a été construit l’instrument du Musée Baud à L’Auberson (commune de Sainte-Croix, dans le canton de Vaud). 
https://www.youtube.com/watch?v=sVqMWnJGUdQ


Sur cette vidéo, on peut bien observer les mouvements de la mécanique de cet instrument parisien au son particulièrement clair. On y entendra les huit mélodies de son cylindre. L’inscription présentée à 48’’ est intéressante: le constructeur Mougenot, établi à Paris mais issu d’une importante famille de luthiers de Mirecourt, fabrique également d’autres sortes d’orgues à cylindre (à la fin du 18e et au début du 19e siècle, les horloges à flûtes, par exemple, étaient très à la mode). Il existe une confusion fréquente: facteur d’orgues mécaniques n’est pas synonyme de facteur d’orgues d’église à tuyaux et claviers, quand bien même une même personne, ou plus précisément son atelier, peut cumuler les deux professions. Noter les airs sur un cylindre demandait une grande précision, il s’agissait d’un métier en soi.
https://www.youtube.com/watch?v=cbEAhG77N0o
 


Dans cette vidéo, on peut également bien percevoir le mécanisme, en particulier l’action des picots sur les soupapes, au gré des différentes mélodies.
https://www.youtube.com/watch?v=62vh7LU_m4A
 


Au 19e siècle, on a continué à nommer serinette, pionne ou perroquette, suivant la taille, des instruments qui n’étaient plus utilisés pour l’apprentissage des oiseaux, mais uniquement comme jouet pour enfant, petit orgue portatif pour les mendiants ou encore instrument de salon. Dans ces cas, les cylindres ne comportent plus, ou plus uniquement, des morceaux monodiques. A noter que d’autres instruments sont appelés à tort serinettes, comme cela arrive pour les petits orgues de Barbarie surnommés « serinettes parisiennes », par exemple l’organina de la maison Thibouville-Lamy, construite également à Mirecourt entre 1887* et 1916. Concernant la perroquette de cette vidéo, la famille Husson-Jacotel habitait à Châtenois, à 15 km à l’ouest de Mirecourt, dont ils étaient originaires.
https://www.youtube.com/watch?v=tWoSQhCwacE
 

* Contrairement à ce qu’affirment certaines sources, les premiers organinas ne sortent pas de l’usine Thibouville-Lamy en 1892, mais déjà la même année que le dépôt du brevet, le 1er février 1887, comme l’attestent les annonces publicitaires parues dans plusieurs journaux de différents pays.

 


Deux tableaux

Chardin a peint une dame serinant son oiseau:
https://www.louvre.fr/oeuvre-notices/la-serinette
https://fr.muzeo.com/reproduction-oeuvre/la-serinette/jean-simeon-chardin-0

 

William Hogarth, quant à lui, a représenté un des enfants de l’apothicaire Graham jouant de l’instrument avec un enthousiasme manifeste:
https://en.wikipedia.org/wiki/The_Graham_Children
 


Kommentare

* Required fields

Neuen Kommentar hinzufügen
Ihr Beitrag wird nach redaktioneller Prüfung veröffentlicht.

Archives imprimées

Les articles parus dans la Revue Musicale Suisse depuis son premier numéro de janvier 1998 sont disponibles dans nos archives.

Passer une annonce dans la RMS

 La Revue Musicale Suisse offre de nombreuses possibilités d'annonces et de publicité.
Pour plus de détails: passer une annonce.

S'abonner à la RMS

L'édition imprimée de la Revue Musicale Suisse paraît neuf fois par année (numéros doubles janvier/février, juillet/août, septembre/octobre). Vous pouvez vous y abonner.

L'histoire de la Revue Musicale Suisse en quelques mots

La RMS est née de la fusion de six journaux en 1998

En Suisse, les premières revues musicales apparaissent au 19e siècle. Elles sont généralement liées à la vie des chorales, et ce longtemps encore durant le siècle suivant. Plusieurs d'entre elles se sont séparées ensuite en plusieurs périodiques, mais en 1998, six associations musicales dotées chacune d'un organe officiel se sont réunies pour fonder la Revue Musicale Suisse. Aujourd'hui, la Revue regroupe 14 associations et organisations musicales.

En janvier 2013, la Revue Musicale Suisse a mené à bien une démarche de réflexion et de transformation qui l'a conduite à redéfinir son contenu ainsi que la présentation de son édition imprimée et de son site Internet.

Nous remercions la Fondation SuisaPro Helvetia, Société Suisse des Artistes Interprètes et Stiftung Phonoproduzierende pour leur soutien dans cette opération.

Le 28 novembre 2014, lors d’une assemblée extraordinaire des délégués, l’Association Revue Musicale Suisse a décidé de confier à la NZZ Fachmedien AG l’édition de la Revue Musicale Suisse et elle a décidé la liquidation de l’association. Plus d'infos.