Editorial

RMS 6/2014, 04.06.2014

Vers le sud? Mais où exactement?

 

Chez nous au nord des Alpes, et ce depuis des siècles, le mot «sud» déclenche une intense nostalgie dès qu’il est prononcé. Nous avons tous envie d’aller dans «le pays où poussent les citrons», comme le dit une expression alémanique: au soleil, là où la vie est plus douce et plus libre.

Mais dès que nous sommes quelque part au chaud, que nous nous sommes un peu reposés et que nous avons mis nos lunettes de soleil, nous ne sommes pas satisfaits de ce quotidien et nous rêvons de rentrer dans notre appartement. Cela dit, aujourd’hui nous pouvons en tout temps nous plonger dans nos illusions avec nos fenêtres électroniques connectées sur le monde. Et il n’est pas rare que nous puissions vérifier nos préjugés sur place.

Ce numéro ne va pas changer cet état d’esprit, mais nous allons tenter d’observer le «sud» selon différents angles, comme l’écrivait Hermann Danuser: «on peut percevoir, comprendre et imaginer le monde de tous les points de vue possible» (p. 27).

Le premier article est consacré à Vivai, le vaste programme d’échanges de Pro Helvetia. De l’automne 2014 au printemps 2015, il permettra de retracer les allers et retours culturels entre la Suisse et la Lombardie. Carlo Piccardi résume en interview la vie musicale au Tessin, Zena Gabaglio regrette que la Suisse laisse passer l’occasion de placer un phare culturel à Rome.

Nous découvrons aussi le compositeur romain Giacinto Scelsi et la création de son œuvre Konx-Om-Pax qui tisse plusieurs liens avec la Suisse et qui – c’est un hasard – fait intervenir un sistre, instrument de l’ancienne Egypte que nous présenterons ici également. Nous verrons enfin qu’à l’époque de Bach, la musique napolitaine était à la mode et que le grand compositeur lui-même avait écrit une messe dans ce style pour briguer le poste de maître de chapelle de la cour de Saxe, qu’il n’avait d’ailleurs pas obtenu.

Enfin, notre devinette du mois bouleversera un peu nos idées reçues en nous rappelant que le sud est aussi un endroit où il fait froid.

Cordialement
Katrin Spelinova


Kommentare

* Required fields

Neuen Kommentar hinzufügen
Ihr Beitrag wird nach redaktioneller Prüfung veröffentlicht.

Archives imprimées

Les articles parus dans la Revue Musicale Suisse depuis son premier numéro de janvier 1998 sont disponibles dans nos archives.

Passer une annonce dans la RMS

 La Revue Musicale Suisse offre de nombreuses possibilités d'annonces et de publicité.
Pour plus de détails: passer une annonce.

S'abonner à la RMS

L'édition imprimée de la Revue Musicale Suisse paraît neuf fois par année (numéros doubles janvier/février, juillet/août, septembre/octobre). Vous pouvez vous y abonner.

L'histoire de la Revue Musicale Suisse en quelques mots

La RMS est née de la fusion de six journaux en 1998

En Suisse, les premières revues musicales apparaissent au 19e siècle. Elles sont généralement liées à la vie des chorales, et ce longtemps encore durant le siècle suivant. Plusieurs d'entre elles se sont séparées ensuite en plusieurs périodiques, mais en 1998, six associations musicales dotées chacune d'un organe officiel se sont réunies pour fonder la Revue Musicale Suisse. Aujourd'hui, la Revue regroupe 14 associations et organisations musicales.

En janvier 2013, la Revue Musicale Suisse a mené à bien une démarche de réflexion et de transformation qui l'a conduite à redéfinir son contenu ainsi que la présentation de son édition imprimée et de son site Internet.

Nous remercions la Fondation SuisaPro Helvetia, Société Suisse des Artistes Interprètes et Stiftung Phonoproduzierende pour leur soutien dans cette opération.

Le 28 novembre 2014, lors d’une assemblée extraordinaire des délégués, l’Association Revue Musicale Suisse a décidé de confier à la NZZ Fachmedien AG l’édition de la Revue Musicale Suisse et elle a décidé la liquidation de l’association. Plus d'infos.